Coupe du monde : « La France est en dessous du Brésil et de l’Argentine »

Il fut l’un des tauliers du Lille olympique sporting club (370 matchs en 2008 et 2017), auréolé du titre de champion de France en 2011. Milieu de terrain généreux, Rio Mavuba fait aujourd’hui partie de l’équipe des consultants de la chaîne TF1 pour la Coupe du monde au Qatar, qui s’ouvre le 20 novembre.

En attendant l’entrée en lice de la France face à l’Australie, mardi 22 novembre, l’homme aux 13 sélections en équipe nationale évoque avec Le Point la situation de l’équipe de France.

Le Point : La compétition se déroule pour la première fois en pleine saison. Qu’est-ce que ça change dans l’approche des joueurs ?

Rio Mavuba : C’est totalement différent de tout ce qu’on a connu jusqu’à présent. Ça va ressembler au format de la CAN, qui se joue souvent en janvier-février. Ce qui est intéressant, c’est qu’on se trouve encore près du début de la saison, ce qui change la donne au niveau de la préparation et du mental. Toutes les blessures que l’on a pu observer viennent très certainement de la peur de manquer cet événement. C’est dans les têtes.

Comment se sent-on physiquement à cette période de l’année ?

Ça dépend des clubs concernant le rythme. Certains sont calibrés pour jouer les phases finales de Coupe d’Europe à partir de février-mars ; elles axent leur pic de préparation pour être au top à ce moment-là. Ce qui est sûr, c’est que c’est à partir de maintenant qu’on commence à monter en puissance physiquement.

Comment voyez-vous cette Coupe du monde ? Un rythme lent ? Les grosses sélections, pourvoyeuses de joueurs évoluant dans des clubs qui visent la victoire dans les coupes d’Europe risquent-elles de démarrer plus lentement que d’autres sélections plus modestes ?

C’est très juste, je pense que l’on peut assister à quelques surprises durant le premier tour. Tous les matchs internationaux sont compliqués, il n’y a plus de petites sélections. on n’en a pas forcément conscience… Les nations qui auront des joueurs qui évoluent moins en coupe d’Europe peuvent créer la surprise, c’est indéniable. La Ligue des champions, notamment, puise énormément dans le capital psychologique des joueurs.

Quelles sélections voyez-vous créer la surprise ?

Je pense qu’il va falloir faire attention aux sélections africaines, qui ont l’habitude de jouer des compétitions dans des conditions météo difficiles et en plein milieu de la saison. Attention aussi, comme à chaque Coupe du monde, aux sélections sud-américaines, que l’on a trop tendance à sous-estimer en Europe, alors qu’elles nous ont souvent causé des problèmes.

À LIRE AUSSICoupe du monde – Au Qatar, le requiem du football romantique

Le Brésil est présenté par beaucoup comme le favori. Qu’ont-ils de plus que les autres cette fois-ci ?

Ils ont un réservoir de joueurs impressionnant et ont, jusqu’à présent, été épargnés par les blessures. Ils sont capables d’aligner deux équipes compétitives. Ça ne veut pas dire qu’ils iront au bout forcément, mais il va falloir aller les chercher…

La France, justement, fait face à pas mal d’incertitudes au milieu de terrain ou en défense… Est-ce plutôt une chance pour Didier Dechamps ou une épine dans le pied ?

C’est un désavantage clair de ne pas pouvoir compter sur des joueurs d’expérience. Le socle de 2018 était composé de joueurs d’expérience qui connaissent le chemin de la victoire. Ça aurait été plus rassurant de pouvoir compter sur un noyau plus important que celui avec lequel nous nous présentons au Qatar.

Les deux grosses incertitudes, pour moi, portent sur le cas de Varane et sur celui qui va accompagner Aurélien Tchouaméni au milieu de terrain.

Vous la voyez comment cette équipe de France ?

Je pense qu’il va falloir surveiller le cas de Raphaël Varane, qui me paraît très important. C’est le taulier de la défense de Didier Deschamps. Ce sera très important pour le sélectionneur de pouvoir compter sur lui. Après, les 11 titulaires – je dirais même les 14 joueurs principaux –, on les connaît déjà… Pour Paul Pogba, on s’en doutait depuis un petit moment que ça n’allait pas le faire ; N’Golo Kanté a connu deux dernières années très compliquées en sélection. Il y a eu un temps une incertitude concernant Antoine Griezmann, mais il revient bien en ce moment. Il reste un doute qui subsiste aussi sur Karim Benzema, mais bon. Les deux grosses incertitudes pour moi portent sur le cas de Varane et sur celui qui va accompagner Aurélien Tchouaméni au milieu de terrain.

À LIRE AUSSI Coupe du monde 2022 : Deschamps, Thuram et le suspense du 26e homme

La France fait-elle partie des favoris ?

Le Brésil et l’Argentine sont les deux favoris. Pour moi, l’équipe de France se situe un cran en dessous de ces équipes.

Voyez-vous d’autres équipes européennes qui peuvent prétendre à la victoire finale ?

Il y a globalement de l’incertitude autour des grosses sélections européennes. Tout le monde se cherche… Aucune nation européenne ne se détache des autres cette année. Sur le papier, je trouve que le Portugal peut créer la surprise, ils ont une très belle équipe, portée par un Cristiano Ronaldo qui aura très certainement envie de briller pour sa dernière compétition internationale.

La chaîne TF1 diffusera en clair l’intégralité des matchs de l’équipe de France ainsi que vingt-huit des plus belles affiches de la compétition. Ces matchs seront disponibles en live et en replay sur MyTF1.


Continuer à lire sur le site d’origine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :