Crise énergétique : la SNCF annonce une hausse moyenne des tarifs du TGV de 5% à partir du 10 janvier, mais garantit certains prix réduits

La SNCF a annoncé, vendredi 18 novembre, une augmentation des tarifs des TGV de 5% en moyenne à partir du 10 janvier 2023, pour affronter la hausse des coûts de l’énergie. Cette hausse concernera les billets achetés à la dernière minute ou les trajets les plus demandés, ainsi que les trajets professionnels. Les tarifs des trajets Intercités vont également augmenter de 5%, sous réserve de validation par l’Etat.

SNCF Voyageurs a cependant mis en place un « bouclier tarifaire » sur les billets TGV Inoui achetés à l’avance et sur tous les billets Ouigo, qui n’augmenteront pas. Les tarifs maximum garantis par la carte Avantage et les abonnements Max jeunes et senior resteront stables.

Les tarifs Pro Business en 1ère classe, les tarifs Liberté et l’ensemble des tarifs proposés aux entreprises vont augmenter de 5% en moyenne, tout comme l’abonnement Max actif (domicile-travail en TGV).

« Nous faisons face à une hausse importante de nos coûts pour 2023, de l’ordre de 13% », en raison « notamment de la hausse du coût de l’énergie », a souligné Christophe Fanichet. SNCF Voyageurs « prendra à sa charge la moitié » de ces hausses, soit plusieurs centaines de millions d’euros, pour « protéger le pouvoir d’achat », « défendre l’attractivité du train » et « continuer à permettre le développement du TGV », a-t-il précisé.

« Notre objectif est que les populations plus sensibles et les jeunes soient protégés » des augmentations, a expliqué le PDG de SNCF Voyageurs, Christophe Fanichet, se faisant l’écho de demandes du gouvernement en ce sens.

Des échanges facturés 19 euros dès J-7

Les conditions d’échange et de remboursement vont également évoluer au 1er février, et pour tout le monde. Echanger son billet coûtera désormais 19 euros à partir d’une semaine avant le départ. « L’objectif est de libérer les places suffisamment tôt pour que d’autres clients puissent les racheter », a indiqué Alain Krakovitch, directeur de TGV Intercités.

L’allègement des conditions d’échange et de remboursement décidé à l’occasion de la crise sanitaire, avec la gratuité des échanges jusqu’à J-3, a donné lieu à un « triplement » des échanges à quelques jours du trajet, multipliant le nombre de places vides dans les trains, fait valoir SNCF Voyageurs.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :