Pédopornographie : plus de 850 vidéos téléchargées, un Ardèchois condamné à un an ferme

Un vaste coup de filet contre la pédopornographie, coordonné par l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), a permis l’arrestation de 48 hommes de profils très différents. Les interpellations ont eu lieu à travers toute la France cette semaine. Parmi eux, un Ardèchois qui vient d’être jugé en comparution immédiate et condamné à de la prison ferme. Un Drômois a également été interpellé.

Ils sont soupçonnés d’avoir téléchargé et consulté massivement des photos et des vidéos pornographiques mettant en scène des enfants. Au final, 48 hommes ont été interpellés dans la semaine dans toute la France à l’occasion d’une vaste opération de lutte contre la pédopornographie. Parmi les personnes placées en garde à vue, le plus jeune a 26 ans, le plus âgé 79 ans. Toutes les catégories sociales sont concernées. C’est l’office centrale pour la répression des violences aux personnes qui a coordonné l’opération.

Outre des élus locaux, des personnes travaillant pour l’Aide sociale à l’enfance (ASE), des familles d’accueil et le compagnon d’un membre des forces de l’ordre font également partie des nombreux interpellé. 

En Ardèche, c’est un homme de 61 ans qui a été jugé en comparution immédiate jeudi 17 novembre devant le tribunal correctionnel de Privas. Le sexagénaire est originaire de Lavilledieu. Il a été reconnu coupable de « détention, offre et mise à disposition de l’image d’un mineur présentant un caractère pornographique », a indiqué Cécile Deprade, procureure de Privas. L’homme est accusé d’avoir téléchargé 852 vidéos pédopornographiques, a rapporté France Bleu Drôme Ardèche. Lors de sa garde à vue, l’Ardéchois a reconnu les faits face aux preuves récoltées par les enquêteurs : des vidéos mettant en scène pour la plupart des enfants de moins de 10 ans, ont été trouvées dans son matériel informatique. Pour expliquer son geste, l’homme a évoqué une curiosité malsaine.

La procureure de la République avait requis à son encontre deux ans de prison dont huit mois avec sursis. Il a finalement été condamné à deux ans de prison, dont un an ferme, avec obligation de soins, interdiction d’être en contact avec des mineurs et d’exercer une activité professionnelle ou bénévole auprès de mineurs. Il a été placé sous mandat de dépôt.  

Selon le code pénal, la consultation de photos ou vidéos pédopornographiques est passible de cinq ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende.

Un Drômois aurait aussi été interpellé, selon France Bleu Drôme-Ardèche. Ce serait un homme né en 1984, vivant près de Die. Il serait en garde à vue, pour enregistrement, détention, offre et mise à disposition d’images de mineurs à caractère pornographique, par un moyen de communication électronique. 

Avec AFP


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :