Route du Rhum : des militants opposés à l’obligation vaccinale des soignants guadeloupéens contre le Covid-19 envahissent la zone d’arrivée des bateaux

Ils ont tenu à se rappeler au bon souvenir du Gouvernement, alors que les projecteurs sont tournés vers la Guadeloupe, du fait de l’arrivée à Pointe-à-Pitre de la Route du Rhum 2022. Les militants du collectif en lutte contre l’obligation vaccinale ont fait irruption au village du Mémorial ACTe, pour exiger la réintégration des personnels suspendus.

Comme ils l’avaient maintes fois annoncé, les membres du Collectifs d’organisations en lutte contre l’obligation vaccinale ont joué les trouble-fêtes, dans la soirée de ce jeudi 17 novembre 2022, en débarquant en nombre, vers 20h00, sur le principal village de la « Route du Rhum – Destination Guadeloupe », au Mémorial ACTe.

Au son du « sen jan », avec de la fumée d’encens et des flambeaux en main, ils sont arrivés du centre-ville de Pointe-à-Pitre, en passant par le quartier de Carénage. Le hautement symbolique Centre caribéen d’expression et de mémoire de la traite et de l‘esclavage était leur destination finale.

Arrivée du collectif au Mémorial ACTe – 17/11/2022. ©Jean-Marie Mavounzy – Guadeloupe La 1ère

Une fois sur place, ils ont simplement ôté les barrières de sécurité qui leur barraient le passage, au nez et à la barbe du directeur territorial adjoint de la police nationale de Guadeloupe.

Le collectif passe les barrières de sécurité, sans difficulté ©Jean-Marie Mavounzy – Guadeloupe La 1ère

La vague de manifestants a alors déferlé sur le village ; ils étaient plusieurs centaines mobilisés sur place.

Ils étaient des centaines à vouloir faire entendre leur point de vue sur les problèmes sociétaux en Guadeloupe ©Jean-Marie Mavounzy – Guadeloupe La 1ère

C’est alors que l’un des leaders du mouvement, Gaby Clavier, est monté sur le podium de l’organisation de la Route du Rhum, afin de délivrer un message à « l’Etat français » : « jamais nous ne baisserons les bras ! ».

Gaby Clavier, sur le poduim ©Jean-Marie Mavounzy – Guadeloupe La 1ère

Le Collectif exige donc la réintégration des personnels suspendus, pour n’avoir pas accepté de se faire vacciner contre la Covid-19, « dans les hôpitaux, les cliniques, les secteurs social et médico-social, ainsi que les libéraux », a précisé Gaby Clavier, de l’Union des travailleurs de la santé (UTS-UGTG).

Pour rappel, un texte proposant de lever l’obligation vaccinale, porté par la députée Caroline Fiat de La France Insoumise, doit être examiné en séance publique, à L’Assemblée Nationale, le 24 novembre prochain.


Continuer à lire sur le site France Info

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :