Lot-et-Garonne : ce que l’on sait de la disparition et la mort d’une adolescente de 14 ans

Elle n’est jamais rentrée du collège. Une adolescente de 14 ans a été retrouvée morte dans la nuit du vendredi 18 au samedi 19 novembre à Birac-sur-Trec (Lot-et-Garonne). Il n’a fallu que quelques heures aux enquêteurs pour arrêter le principal suspect, un homme de 31 ans, déjà connu de la justice. Le procureur de la République d’Agen, Olivier Naboulet, a tenu une conférence de presse samedi en fin d’après-midi et apporté des précisions sur le déroulement des faits et les investigations menées. Voici ce que l’on sait de cette affaire.

Une adolescente signalée disparue par ses parents à sa sortie du collège

L’adolescente de 14 ans a disparu à la sortie de son établissement scolaire, le collège Germillac, à Tonneins, vendredi. Une disparition que ses parents ont signalé à la mi-journée. Grâce à des images de vidéosurveillance, les enquêteurs ont repéré la collégienne en train de marcher dans les rues de la commune. Ils ont également remarqué une voiture à proximité de la jeune fille. Les gendarmes ont recherché l’identité du conducteur et découvert le profil d’un suspect, a relaté le procureur.

Le suspect a « rapidement » avoué le meurtre

Les forces de l’ordre sont intervenus au domicile du suspect, à Marmande, dans la soirée de vendredi, selon le récit fait par le procureur. L’homme a été placé en garde à vue, vendredi soir à 22h45, pour enlèvement et séquestration. « Très rapidement », le propriétaire de la voiture a dit aux enquêteurs : « Je sais pourquoi vous êtes là », a déclaré le magistrat. L’homme a également reconnu « rapidement » avoir tué l’adolescente, avant de donner la localisation de son corps. Sur ses indications, la jeune fille a été retrouvée morte « peu avant minuit », à Birac-sur-Trec, à quelques kilomètres au nord de Tonneins, « dans une maison abandonnée ».

Un homme déjà condamné pour « agression sexuelle » quand il était mineur

Le suspect est un homme « de nationalité française, de 31 ans, intérimaire, qui réside le Marmandais », a détaillé le procureur. Il avait été poursuivi, à l’âge de 15 ans, pour des faits d’agression sexuelle sur mineur, commis en 2006, et avait été condamné à 15 jours d’emprisonnement. Cette peine « avait été intégralement assortie d’un sursis avec mise à l’épreuve pendant une durée de deux années ». Il n’était pas astreint à une mesure de contrôle, « n’était pas inscrit au fichier des délinquants sexuels »  et « n’avait pas fait parler (de lui) depuis 2011 ». « Nous sommes au tout début de l’enquête », a précisé le magistrat, ajoutant que l’ouverture d’une information judiciaire est désormais « probable »

« Il y aura une cellule d’écoute » dans l’établissement scolaire de la victime, a également annoncé samedi Anne Bisagni-Faure, rectrice de la région Nouvelle-Aquitaine, au micro de BFMTV.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :