Coupe du monde 2022 : entre « coup dur » et volonté de ne « pas regarder en arrière », les Bleus réagissent au forfait de Karim Benzema

En conférence de presse, dimanche, Eduardo Camavinga et Ibrahima Konaté ont, tous les deux, largement réagi au forfait de leur coéquipier Karim Benzema, acté dans la nuit de samedi à dimanche.

Quelques heures après le forfait de Karim Benzema pour la Coupe du monde, son nom était sur toutes les lèvres. En conférence de presse, dimanche 20 novembre, les deux joueurs envoyés pour répondre aux journalistes, Eduardo Camavinga et Ibrahima Konaté, ont tous les deux été interrogés sur le poids de l’absence du Ballon d’or. Sans trop s’épancher, ils ont évoqué un « coup dur », mais ont insisté sur la nécessité de « ne pas trop regarder en arrière », à deux jours de l’entrée en lice de la France, face à l’Australie.

blessure karim benzema
.

« Je ne l’ai pas vu sortir à l’entraînement. Ce n’est qu’après qu’on a su ce qu’il s’était passé. Après, il a dû faire quelques examens, mais on était déjà tous au lit. On a appris la nouvelle comme beaucoup de monde, ce matin », a raconté Ibrahima Konaté. Les 25 coéquipiers du Ballon d’or n’ont même pas eu l’occasion de le saluer. « Il n’a pas pu nous dire en face [qu’il quittait le groupe] parce qu’il est parti très tôt ce matin. Je lui ai parlé par messages et, forcément, il était dépité », a ajouté son coéquipier au Real Madrid, Eduardo Camavinga.

Après les forfaits de Presnel Kimpembe et Christopher Nkunku, Karim Benzema est le troisième joueur de la liste initiale de Didier Deschamps à voir le Mondial au Qatar s’envoler (sans compter les absences de N’Golo Kanté, Paul Pogba et Mike Maignan, constatées avant la liste). « C’est un de nos leaders qui part, mais il reste de grands joueurs ici », a tenté de rassurer Eduardo Camavinga lorsqu’il lui a été demandé s’il fallait revoir les ambitions à la baisse.

Pour Ibrahima Konaté, « l’objectif reste le même », même si ce dernier n’a jamais été clarifié. Pour défendre son titre de champion du monde, l’équipe de France va devoir faire avec ses forces en présence. Face à l’Australie, mardi, un adversaire qui lui avait posé des problèmes en 2018, elle ne pourra pas dire qu’elle ne l’avait pas vu venir, en cas de faux pas. 

blessure benzema camavinga

Alors que le Mondial n’a pas encore commencé, de premières brèches sont apparues dans la communication des Bleus. Plus tôt dans la journée, Didier Deschamps s’est montré très tendu sur TF1. Au moment de révéler s’il allait appeler un remplaçant à son attaquant vedette, le sélectionneur des Bleus a balayé toute question à cet égard d’un « non » laconique. « C’est comme ça, parce que je l’ai décidé. » Malgré l’enchaînement des forfaits, ce dernier n’avait pas fendu l’armure. Pour la première fois du rassemblement, la crispation était patente, aux yeux de tous.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :