Fin de la COP27 : « Le résultat est mitigé », regrette Laurent Fabius, ancien ministre et président de la COP21

« On n’a pas amélioré l’ambition de la réduction des émissions carbonne, c’est ça l’énorme problème », a déploré Laurent Fabius sur France Culture dimanche, alors que la COP27 s’est terminée en Egypte.

Article rédigé par

Radio France

Publié le 20/11/2022 20:17 Mis à jour le 20/11/2022 21:04

Temps de lecture : 1 min.

« Le résultat est mitigé », a regretté sur France Culture, Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel et ancien ministre des Affaires étrangères et du Développement international, alors que la COP27 s’est terminée dimanche 20 novembre à Charm-el-Cheikh. La conférence de l’ONU sur le climat en Egype est devenue l’une des COP les plus longues de l’histoire en prenant fin dimanche à l’aube. Il y a eu un accord sur l’aide aux pays pauvres affectés par le changement climatique, mais un échec sur des nouvelles ambitions pour la baisse des gaz à effet de serre.

C’est le constat fait aussi par Laurent Fabius, président de la COP21 en 2015 en France : « l’aspect positif c’est la création de ce fonds qui était demandé depuis longtemps pour compenser les pertes et dommages », des pays en voie de développement. « Maintenant si on est honnêtes on doit remarquer », s’agissant de ce fonds, qu’« on ne connaît ni le montant, ni les bénéficiaires, ni ceux qui vont payer », nuance l’ancien ministre des Affaires étrangères.

« Donc il y a encore du travail. L’aspect négatif c’est qu’on n’a pas amélioré, l’ambition, la réduction des émissions de carbone. C’est ça l’énorme problème. On s’est occupés des conséquences et pas du tout des causes. »

Laurent Fabius, ancien ministre

à France Culture

« Il y a besoin de beaucoup plus de financements aujourd’hui », souligne Laurent Fabius. « Tout ce qui peut être fait pour préciser le financement, pour augmenter le nombre de ceux qui donnent et préciser la liste de ceux qui reçoivent et les modalités, c’est utile », insiste l’ancien ministre rejoignant Emmanuel Macron qui a annoncé vouloir organiser un sommet à Paris en 2023 pour mettre en place « un nouveau pacte financier » avec les pays vulnérables, après la fin de la COP27. « Il faut s’occuper d’une réforme générale du système financier. Je pense que c’est cela que le président français a à l’esprit », conclut Laurent Fabius.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :