Réchauffement climatique : les négociations de la COP27 se poursuivent cette nuit

Jusqu’au bout de la nuit. La COP27 de Charm el-Cheikh (Egypte) n’était toujours pas terminée, samedi 19 novembre en fin de soirée, faute d’accord entre les différents pays sur les textes négociés pour lutter contre le réchauffement climatique. L’événement devait initialement prendre fin vendredi 18 novembre, mais il est courant pour ces rendez-vous annuels de déborder. Le record revient à la COP25 de Madrid, qui s’était achevée en 2019 le dimanche à la mi-journée.

A Charm el-Cheikh, après deux semaines de lentes négociations, les choses se sont accélérées samedi, avec un compromis sur l’épineuse question des pertes et dommages trouvées en fin d’après-midi. Les négociations patinent désormais sur les énergies fossiles, le moteur principal du réchauffement climatique provoqué par les activités humaines. L’an passé, à Glasgow, leur nécessaire diminution de l’une d’entre elles, le charbon, figurait pour la première fois dans le texte final.

Cette année, plusieurs pays, dont l’Union européenne, souhaitent que la déclaration finale appelle à sortir de toutes les énergies fossiles. Un appel que refuse des pays producteurs de pétrole comme l’Arabie Saoudie et la Russie, selon le journaliste de Carbon Brief Leo Hickman.

Peu avant 23h, la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, qui représente la France à ces négociations, a évoqué une « confusion » de dernière minute sur la question des pertes et dommages, la difficulté d’obtenir un texte à la hauteur de l’objectif des 1,5°C et les négociations toujours en cours sur les énergies fossiles. Interrogée sur la possibilité de parvenir à un accord cette nuit, elle a estimé que cela allait « prendre encore un petit peu de temps, en tout cas pas pour le début de la nuit ».

Si les négociations n’aboutissent pas, la COP sera suspendue et une COP27 bis sera organisé à l’été prochain. Ce n’est arrivé qu’à une seule reprise dans l’histoire, en 2000 avec la COP6 de la Haye (Pays-Bas).


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :