RDC: un accord de cessez-le-feu conclu au mini-sommet de Luanda

Publié le : 23/11/2022 – 20:15

À l’issue d’un mini-sommet à Luanda sur la situation sécuritaire en RDC, les participants proposent ce mercredi 23 novembre une feuille de route mise à jour, à commencer par la cessation des hostilités sous 48 heures.

Publicité

Selon le communiqué final, les participants au mini-sommet de Luanda ont exprimé leur préoccupation concernant « l’aggravation de l’insécurité et les actions militaires persistantes du M23 », « l’acquisition par le M23 d’armes et d’autres moyens de plus en plus sophistiqués pour mener des attaques », et la persistance des forces qualifiées de « négatives et terroristes » dans l’est de la RDC.

Pour parvenir à la « désescalade » recherchée par la médiation, plusieurs décisions ont été prises. La première est la cessation des hostilités, et en particulier des attaques du M23 contre les forces armées de RDC (FARDC) et la Monusco à partir de vendredi, 18h. Deux jours plus tard, le groupe rebelle devra se retirer des zones conquises pour regagner ses positions initiales, tandis que la force régionale de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) poursuivra son déploiement pour assurer une zone tampon en compagnie des casques bleus et du Mécanisme de vérification ad hoc, dirigé par un général angolais.

Le document appelle à la cessation de tout soutien politico-militaire au M23 et à tous les autres groupes armés locaux et étrangers de la région, ainsi qu’au désarmement et au cantonnement des rebelles en territoire congolais. Il demande aussi des consultations politiques entre le gouvernement de RDC et les groupes armés locaux, et la reprise du dialogue bilatéral entre Kinshasa et Kigali.

Ce mini-sommet s’est tenu en présence des présidents congolais Felix Tshisekedi et burundais Evariste Ndayshimiye, aux côtés du chef de l’État angolais Joao Lourenço et du facilitateur de la communauté est-africaine, Uhuru Kenyatta. Paul Kagame était en revanche absent. Le président rwandais, pourtant attendu, s’est fait représenter par son ministre des Affaires étrangères, Vincent Biruta. 


Continuer à lire sur le site France Info

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :