France: débat houleux à l’Assemblée autour du projet de loi asile-immigration

Publié le : 07/12/2022 – 03:32

Le gouvernement a présenté aux députés les grandes lignes du projet de loi asile-immigration qu’il prépare pour début 2023. Régularisations des sans-papiers qui travaillent dans les secteurs en tension, expulsion des délinquants étrangers, réforme du système d’asile… Un texte que le gouvernement veut « équilibré » mais qui n’a pas vraiment convaincu les oppositions.

Publicité

Devant des députés qui l’attendent au tournant, la Première ministre a présenté l’esprit du projet de loi asile-immigration. Une sorte d’« en même temps » de l’immigration. « Nous restons fidèles à nos valeurs et à notre volonté d’intégrer, mais on ne peut intégrer dignement que si notre droit est respecté fermement », a-t-elle déclaré. 

« Trop de règles spécifiquement françaises empêchent d’expulser les criminels » étrangers présents « sur notre sol », a ajouté le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, venu défendre son projet. Présent également dans l’hémicycle, le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a lui souhaité « réhabiliter le travail comme facteur d’intégration ».

Mais dans les rangs de l’hémicycle, Elisabeth Borne n’a convaincu ni la droite, ni la gauche. Du côté du Rassemblement national, Marine Le Pen a dénoncé une manipulation des chiffres, ressorti son concept de submersion et s’est opposé à toute régularisation. « Nous n’avons plus rien d’autres à partager que des difficultés économiques et sociales, que des problèmes sécuritaires et des menaces d’embrasement », s’est elle indignée. Et d’ajouter : « Je préfère encore des immigrationnistes assumés comme nos collègues de la France insoumise ».

« Ayez donc le courage de traiter ces personnes avec dignité »

Le message a été bien reçu dans les rangs insoumis, notamment par la chef de file du groupe, Mathilde Panot. Elle a aussitôt lâché ses coups contre l’extrême droite : « Contrairement à vos élucubrations xénophobes, la France est l’un des pays d’Europe de l’Ouest où l’immigration est parmi les plus faibles ». Avant de s’en prendre à son tour au projet du gouvernement. « Ayez donc le courage de traiter ces personnes avec dignité. Dites à M. Darmanin de cesser la criminalisation outrancière de ces associations qui donnent juste à boire et à manger aux exilés à Calais », a-t-elle lancé à l’intention de la cheffe du gouvernement et du groupe Renaissance. 

Le texte final doit être présenté début 2023 pour un examen au Parlement au printemps. Il ne reste donc que quelques mois pour tenter de réconcilier deux visions radicalement opposées de l’immigration.

► À lire aussi: France: le gouvernement prépare le terrain avant le projet de loi asile-immigration


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :