Coupe du monde 2022 : affaiblis par un virus, Varane, Konaté et Coman absents de l’entraînement des Bleus à deux jours de la finale contre l’Argentine

Les deux défenseurs et l’ailier, qui ont joué lors de la demi-finale remportée face au Maroc mercredi (2-0), n’ont pas participé à la séance collective vendredi. Malades, ils sont victimes du syndrome viral qui a déjà touché plusieurs Bleus ces derniers jours. Tchouameni et Hernandez ont aussi été ménagés.

Les heures défilent, la finale de la Coupe du monde contre l’Argentine approche et la crainte d’un virus qui circulerait au sein de l’équipe de France se confirme. Raphaël Varane et Ibrahima Konaté, les deux défenseurs centraux titulaires en demi-finale contre le Maroc mercredi (2-0), ont été ménagés et n’ont pas participé à la séance d’entraînement des Bleus, vendredi 16 décembre, au stade Jassim ben Hamad de Doha. Kingsley Coman, déjà ménagé hier, n’était pas non plus présent.

À deux jours du dernier rendez-vous de la compétition, contre l’Albiceleste, Varane, Konaté et Coman n’ont donc pas rejoint leurs 19 coéquipiers sur la pelouse. Touchés par un virus, ils ont eu droit à une activité en salle et leur état de santé sera surveillé de près par le staff de l’équipe de France. Raphaël Varane a été fiévreux dans la nuit mais cela ne remettrait pas en cause sa participation à la finale. Ibrahima Konaté ressent de son côté davantage de symptômes. Aurélien Tchouameni et Theo Hernandez, respectivement victimes de contusion à la hanche et au genou, ont aussi été ménagés, sans que leur condition physique ne suscite d’inquiétude.

Le syndrome viral qui affecte Varane, Konaté et Coman ne sort pas de nulle part. Adrien Rabiot et Dayot Upamecano ont été touchés ces derniers jours, ce qui leur a fait rater la demi-finale contre le Maroc. Le premier était resté dans sa chambre d’hôtel pendant le match, tandis que le second s’était assis sur le banc après avoir manqué les entraînements des deux jours précédant la rencontre.

Kingsley Coman était de son côté déjà absent lors de la séance de jeudi, après ne pas être entré en jeu contre les Lions de l’Atlas au stade Al-Bayt. Didier Deschamps avait indiqué que l’ailier du Bayern Munich ressentait des signes de « fébrilité » en lien avec l’état de santé d’Adrien Rabiot et Dayot Upamecano, mais « son état n’indique pas d’inquiétude particulière quant à la finale de dimanche« , soulignait le staff des Bleus jeudi. D’autres équipes, comme le Maroc, ont été touchées ces dernières semaines par ce syndrome viral, comme des journalistes présents à Doha.

La question est désormais de savoir si d’autres joueurs seront victimes du même virus d’ici à la finale. Après le match contre le Maroc, Aurélien Tchouameni avait précisé que les Tricolores prenaient des mesures, avec « plus de gel hydroalcoolique sur les tables ». « On n’a pas peur du virus, on a juste pris des précautions », a indiqué Ousmane Dembélé vendredi. 

Après les deux entraînements loupés par Dayot Upamecano, Didier Deschamps avait décidé de le placer sur le banc contre le Maroc. Pourrait-il faire de même avec Kingsley Coman, qui vient d’en rater deux à deux jours de la finale ? Ou avec Raphaël Varane, vice-capitaine des Bleus, si celui-ci ne prenait pas part à la séance samedi ? Les heures risquent encore d’être longues d’ici au coup d’envoi de la finale.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :