A la UneEconomie

Le puissant fonds souverain norvégien exclut des entreprises pour violations des droits humains

Publié le : 17/12/2022 – 02:22

Le plus gros fonds souverain de la planète, celui de la Norvège, a annoncé qu’il retirait de son portefeuille d’investissements deux entreprises thaïlandaises et une entreprise israélienne, parce que leurs activités vont à l’encontre des droits humains. Une décision inédite pour un fond qui représente 1,3% de la capitalisation boursière mondiale. 

Publicité

Avec notre correspondante dans la région, Carlotta Morteo

Présent au capital de près de 9 300 entreprises dans le monde, le fond norvégien a exclu de ses investissements la plus grande entreprise de Thaïlande : la compagnie énergétique PTT PCL et l’une de ses filiales, parce qu’elles travaillent avec Myanma Oil and Gas, l’entreprise pétrolière de l’État birman. 

Or, les revenus pétroliers financent les activités militaires en Birmanie, et donc les violences et abus commis par les autorités depuis le coup d’État de février 2021. 

Le fond souverain, qui détenait des actions d’une valeur de 9 et 95 millions d’euros, considère ces entreprises comme complices de graves violations des droits de l’homme. 

L’autre société pénalisée est israélienne, elle s’appelle Cognyte Software, et propose des services informatiques à des États, qui n’ont pas été nommés explicitement, mais qui « persécutent, torturent, maltraitent des individus, des groupes ou des minorités sexuelles ».  L’an dernier, Facebook et Google avaient notamment accusé l’entreprise de mener des activités de surveillance sur des opposants politiques ou des journalistes. 

Le board du fonds souverain norvégien s’est basé sur les avis du comité éthique pour prendre ces décisions. Il signale ainsi que le respect des droits humains est un critère pour la pérennité de ses investissements. Le montant de sa participation au financement du Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’homme a par ailleurs été augmentée récemment et passera de 16 à 19 millions d’euros pour l’année 2023.


Continuer à lire sur le site France Info