Guerre en Ukraine : ce qu’il faut retenir de la visite historique de Volodymyr Zelensky aux Etats-Unis

Le président ukrainien s’est rendu mercredi aux Etats-Unis, pour la première fois depuis l’invasion de l’Ukraine par les forces armées russes. Une visite historique pour s’assurer du soutien des parlementaires américains.

Après s’être rendu mardi à Bakhmout, ville du Donbass en première ligne sur le front ukrainien, Volodymyr Zelensky a traversé l’Atlantique et rejoint Washington, mercredi 21 décembre, pour une rencontre avec Joe Biden et une intervention devant le Congrès américain.

>> Guerre en Ukraine : les dernières informations en direct

Il s’agit du premier déplacement de Volodymyr Zelensky hors d’Ukraine depuis l’invasion du pays par la Russie, le 24 février. Voici ce qu’il faut retenir de cette journée historique.

Une visite sous haute sécurité

La visite du chef d’Etat ukrainien, qui n’a duré que quelques heures, a été préparée dans le plus grand secret, et annoncée à la dernière minute. Le trajet exact qu’a emprunté Volodymyr Zelensky n’a pas été dévoilé en amont pour minimiser les risques d’atteinte à sa personne. Selon l’AFP, des sites de suivi du trafic aérien ont montré le trajet d’un avion militaire américain de Rzeszow, en Pologne, jusqu’à la base aérienne d’Andrews, située en banlieue de la capitale des Etats-Unis.

A Washington, certaines routes ont été barrées et le périmètre autour des bâtiments où devait se rendre Volodymyr Zelensk a été bouclé à l’avance. L’avenue qui relie le Capitole à la Maison Blanche, ainsi que la place devant le bâtiment présidentiel, étaient fermées d’accès au public, pour sécuriser la venue du président ukrainien. Des centaines d’agents de police, ainsi que les services secrets, étaient mobilisés. Un responsable de la police du Capitole a déclaré sur ABC : « Nous sommes bien conscients que la Russie a des agents dans ce pays et pourrait tenter quelque chose. Nous savons ce qui est en jeu ».

Zelensky reçu à la Maison Blanche

Volodymyr Zelensky a été accueilli par Joe Biden et son épouse sur le perron de la Maison Blanche. Les deux présidents se sont ensuite entretenus en tête-à-tête avant de tenir une conférence de presse conjointe, durant laquelle Volodymyr Zelensky a exprimé sa « reconnaissance du fond du cœur » pour le soutien des Etats-Unis. Joe Biden a, quant à lui, déclaré que les Ukrainiens « continu[ai]ent d’impressionner le monde », que les Etats-Unis allaient « continuer à renforcer la capacité de l’Ukraine à se défendre » et défendraient une « paix juste » pour l’Ukraine. « Pour moi, en tant que président, ‘une paix juste’ n’implique aucun compromis quant à la souveraineté, la liberté et l’intégrité territoriale de mon pays », a affirmé le président ukrainien. Ce à quoi Joe Biden a répondu : « Vous ne serez jamais seuls. Quand la liberté de l’Ukraine a été menacée, le peuple américain, comme des générations d’Américains avant lui, n’a pas hésité ».

Le président ukrainien a ensuite offert à son homologue américain une médaille en provenance du front. Volodymyr Zelensky a expliqué que celle-ci lui avait été confiée par un militaire ukrainien opérant un système de lance-roquettes américain Himars, rencontré mardi à Bakhmout. « Il m’a dit ‘Donnez-la au président' », a-t-il confié à Joe Biden au moment de lui remettre. Un « grand honneur », a déclaré le président américain en recevant le cadeau. Il a fait savoir qu’il offrirait en retour un médaillon américain à ce militaire ukrainien.

Des missiles Patriot promis à l’Ukraine

Le chef de la diplomatie américaine a annoncé que les Etats-Unis allaient fournir à l’Ukraine leur système de défense antiaérienne le plus sophistiqué, le Patriot, peu de temps avant que le président ukrainien n’atterrisse à Washington. « La tranche d’aide d’aujourd’hui inclut pour la première fois le système de défense antiaérienne Patriot, capable d’abattre des missiles de croisière, des missiles balistiques de courte portée et des avions à une altitude nettement supérieure à celle des systèmes de défense qui avaient été fournis jusque-là », a déclaré le secrétaire d’Etat Antony Blinken dans un communiqué. Avant même la confirmation de cette promesse de dons, le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a réagi en déclarant que « tout cela conduit certainement à une aggravation du conflit et n’augure rien de bon pour l’Ukraine ».

>>Guerre en Ukraine : en quoi consiste le système américain de défense antiaérienne Patriot que Washington s’apprête à livrer à Kiev ?

La livraison d’un système de missiles sol-air Patriot devrait permettre à Kiev de riposter face aux bombardements de plus en plus intensifs de la part de Moscou. Le responsable de la Maison Blanche a toutefois précisé qu’il faudrait former l’armée ukrainienne au maniement de cet engin sophistiqué, ce qui se fera « dans un pays tiers » et « prendra un certain temps ». De plus, si une partie du matériel offert à l’Ukraine sera directement tirée des stocks de l’armée américaine, une autre partie devra être produite par l’industrie de défense américaine, ce qui pourrait induire un délai de plusieurs mois, voire plusieurs années. Des lance-roquettes Himars, des véhicules blindés, des mortiers et des missiles de précision de 155 mm devraient également être livrés par Washington à Kiev.

Une ovation au Congrès

Après sa rencontre avec Joe Biden, Volodymyr Zelensky s’est rendu devant le Congrès pour s’assurer du soutien des parlementaires, qui s’apprêtaient à voter une nouvelle enveloppe massive de soutien à l’Ukraine, de près de 45 milliards de dollars. « Contrairement aux prédictions les plus funestes, l’Ukraine n’est pas tombée. L’Ukraine est vivante et combative », a-t-il lancé, en anglais, pour rassurer les parlementaires américains. « Votre argent n’est pas de la charité, c’est un investissement dans la sécurité mondiale et la démocratie, que nous gérons de la façon la plus responsable ». L’Ukraine « tient ses positions et ne se rendra jamais », a-t-il insisté.

Des déclarations qui lui ont valu plusieurs ovations des élus des deux chambres du Congrès américain. Une fois son discours terminé, Volodymyr Zelensky a offert un drapeau ukrainien signé par des soldats rencontrés mardi à Bakhmout aux présidentes de séance Nancy Pelosi et Kamala Harris. « Quand j’étais à Bakhmout hier, nos héros m’ont donné le drapeau, leur drapeau. L’étendard de ceux qui défendent l’Ukraine, l’Europe et le monde au prix de leur vie », a-t-il expliqué en leur remettant. En retour, celles-ci lui ont offert le drapeau américain hissé au sommet du Capitole lors de sa visite.

Une visite comparée à celle de Winston Chruchill 

Les observateurs, et même certains élus démocrates, n’ont pas manqué de comparer cette visite de Volodymyr Zelensky avec celle de Winston Churchill en 1940, à la même période de l’année. « Le président Zelensky se tiendra ici comme Winston Churchill s’y est tenu il y a plusieurs générations, non seulement comme un chef d’Etat mais comme un ambassadeur de la liberté », a déclaré le chef de file des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, avant le discours du chef d’Etat ukrainien.

Si les parlementaires américains ont été nombreux à ovationner le président ukrainien, quelques députés trumpistes ne se sont pas joints aux autres. « Zelensky est une ingrate reine du bien-être », a déclaré Donald Trump Jr. sur Twitter (en anglais). Quelques heures plus tard, il a également publié le montage d’une photo prise lors de la visite de Volodymyr Zelensky devant le Congrès, en y intégrant une photo de Hunter Biden, le fils de Joe Biden, nu.

Le Kremlin accuse les Etats-Unis de mener une « guerre indirecte »

Le Kremlin a réagi en accusant Washington de mener en Ukraine « une guerre indirecte » contre Moscou. « Jusqu’à présent, nous pouvons constater avec regret que ni le président Biden ni le président Zelensky n’ont dit quoi que ce soit qui puisse être perçu comme une volonté potentielle d’écouter les préoccupations de la Russie », a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

Le porte-parole dit regretter qu’il n’y ait pas eu, lors de cette visite, « de véritables appels à la paix » ni de « mises en garde » américaines contre « la poursuite du bombardement des immeubles résidentiels dans les zones peuplées du Donbass » par l’armée ukrainienne. 


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :