A la Une

DIRECT. Attaque raciste contre des Kurdes à Paris : le suspect a d’abord voulu tuer des étrangers à Saint-Denis, vendredi, selon le parquet

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #PARIS

12h21 : A cette heure, le mis en cause reste hospitalisé à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police, conclut Laure Beccuau, la procureure de la République de Paris. Suivez notre direct.

12h23 : Selon le parquet de Paris, « cette relation des faits est corroborée par la découverte d’un ticket relatif à un trajet depuis Saint-Denis à6h50, et par le début de l’exploitation des images de vidéoprotection ».

12h27 : L’individu, qui a reconnu une « haine des étrangers devenue complètement pathologique », a expliqué s’en être pris à des victimes qu’il ne connaissait pas. Il a précisé en vouloir aux Kurdes pour avoir « constitué des prisonniers lors de leur combat contre Daesh au lieu de les tuer ». Il a également affirmé ne pas avoirfixé à l’avance le nombre de victimes mais « avoir eu l’intention d’utiliser toutes les munitions et de sesuicider avec la dernière balle » .

12h04 : Sur place, il a finalement renoncé à passer à l’acte, « compte tenu du peu de monde présent et en raison de sa tenue vestimentaire l’empêchant de recharger son arme facilement. »

12h24 : En garde à vue, le suspect a expliqué s’être d’abord rendu tôt vendredi matin à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) « pour commettre des meurtres sur des personnes étrangères ».

12h01 : Cinq des six victimes sont de nationalité turque, la sixième est de nationalité française. Les trois victimes blessées sont désormais hors de danger. Deux d’entre elles, blessées à la cuisse, sont encore hospitalisées, rapporte le parquet de Paris.

11h59 : L’individu a « poursuivi sa progression jusqu’au coiffeur-barbier situé au n°7 de la même rue, où il a blessé trois hommes par balles. » « Maîtrisé et désarmé par l’une des victimes », il a été interpellé en possession de son arme, de quatre chargeurs contenant au total 14 munitions, d’une boîte de 25 munitions, et d’une sacoche contenant un gant.

13h20 : Le parquet de Paris communique à l’instant sur le déroulé de l’attaque raciste contre des Kurdes à Paris il y a deux jours. Les investigations révèlent à ce stade que le tireur a ouvert le feu « successivementsur une femme et deux hommes présents devant le centre culturel kurde situé 16 rue d’Enghien ».

Deux victimes sont mortes sur le coup, la troisième est décédée « après s’être réfugiée dans un restaurant kurdesitué de l’autre côté de la rue. »

11h26 : Des affrontements ont éclaté hier lors des manifestations en hommage aux victimes de l’attaque raciste de Paris. Le porte-parole et conseiller spécial du président turc Recep Tayyip Erdogan vise directement le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). « C’est le PKK en France », écrit sur Twitter Ibrahim Kalin qui a aussi posté des photos de voitures renversées et brûlées. « La même organisation terroriste que vous soutenez en Syrie ».

10h28 : @Gilles : vous devez parler du suspect de l’attaque qui a tué trois Kurdes dans le 10e arrondissement à Paris vendredi. L’homme de 69 ans n’est plus en garde à vue pour des raisons de santé. Il a été hospitalisé à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police.

10h26 : Bonjour, où est le suspect de Paris en ce moment ?

10h41 : Voici un premier rappel de l’actualité pour accompagner votre café :

• Les enquêteurs poursuivent aujourd’hui leurs investigations après l’assassinat de trois Kurdes il y a deux jours à Paris. La garde à vue du suspect a été levée pour raison de santé. Il a été conduit à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police.

• Hier, de violents heurts ont éclaté en marge des manifestations en hommage aux victimes dans la capitale et à Marseille.

Volodymyr Zelensky dénonce un acte de « terreur » russe pour « intimider » les Ukrainiens, après un bombardement sur le centre-ville de Kherson hier qui a fait au moins 10 morts et 55 blessés. Suivez notre direct.


Continuer à lire sur le site France Info