A la Une

Élisabeth Borne, une Première ministre du troisième type

Réservé aux abonnés

CHRONIQUE. Sa fonction ne ressemble pas à celle de ses prédécesseurs. Et conduit parfois Élisabeth Borne à jouer avec le feu macronien.

Par

Temps de lecture : 3 min

Quand le président de la République, selon les usages, décore de la grand-croix de l’Ordre national du mérite son Premier ministre après six mois dans la fonction, ce qu’il a fait ce jeudi avec Élisabeth Borne, le microcosme en profite pour se demander vers lequel de ses Premiers ministres (Édouard Philippe, Jean Castex, Élisabeth Borne) va la préférence d’Emmanuel Macron.

À écouter ce qu’il en laisse deviner, c’est Jean Castex qui remporte la palme, et pas seulement parce qu’il aurait été plus souple qu’Édouard Philippe. Mais la compétition, en plus d’être prématurée, est biaisée.

À LIRE AUSSIMacron décore Castex : « Vous n’avez jamais triché » D’abord, bien sûr, Élisabeth Borne n’en a pas fini de sa fonction. Surtout, sa fonction ne ressemble pas à celle de ses prédécesseurs. Eux avaien…

Je m’abonne

Offres exclusives: -50% la première année


Continuer à lire sur le site d’origine