Réchauffement climatique : la chaleur et la pluie provoquent la fermeture de la moitié des pistes de ski françaises

Selon le décompte de Domaines skiables de France, la moitié des pistes, en particulier dans les Pyrénées, les Vosges et le Massif central, ont dû être fermées.

Article rédigé par

France Télévisions

Publié le 27/12/2022 10:46 Mis à jour le 27/12/2022 11:14

Temps de lecture : 2 min.

Les températures anormalement élevées, accompagnées de pluie ces derniers jours en montagne, ont fortement perturbé l’activité des stations de ski, particulièrement celles situées en basse montagne. Selon un bilan communiqué mardi 27 décembre par Domaines skiables de France (DSF), la moitié des pistes de ski sont fermées dans le pays. « On avait attaqué les vacances de Noël avec une bonne situation à la suite d’une vague de froid et de neige, mais à partir de la fin de la semaine dernière, la douceur et les pluies ont conduit à la fermeture de la moitié des pistes », a expliqué à l’AFP Laurent Reynaud, délégué général de DSF.

>> Météo : pourquoi la fin d’année est si douce en France (et pourquoi ce n’est pas une bonne nouvelle)

Les Alpes du Sud, avec trois quarts des pistes ouvertes, et les Alpes du Nord, en particulier la Savoie, sont les moins pénalisées, mais dans les autres massifs comme les Pyrénées (un quart des pistes ouvertes), les Vosges ou le Jura (moins d’un quart des pistes ouvertes), la situation est plus préoccupante. De nombreuses stations comme La Pierre-Saint-Martin (Pyrénées-Atlantiques), Saint-Pierre de Chartreuse/Le Planolet (Isère), Semnoz (Haute-Savoie), Le Tanet (Haut-Rhin) ou La Croix de Bauzon (Ardèche) ont dû fermer leurs domaines ces derniers jours.

« On constate de plus en plus de difficultés début décembre, et la neige tombe de plus en plus en altitude, sur les versants exposés au nord. Ce bouleversement climatique nous a conduits à nous adapter, avec la neige de culture, mais aussi en développant d’autres activités », plaide Jean-Luc Boch, président de l’Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM).

Cette situation est une conséquence du réchauffement climatique provoqué par notre mode de vie. En brûlant du charbon, du pétrole et du gaz pour se déplacer, se chauffer ou se nourrir, l’être humain rejette dans l’atmosphère des quantités toujours plus importantes de gaz à effet de serre, qui piègent la chaleur du soleil et réchauffent le climat. Dans son rapport rendu en août 2022, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) prévient qu’en Europe, « la fréquence des vagues de froid et des jours de gel va diminuer » et que « le déclin important des glaciers, du pergélisol et de la couverture neigeuse ainsi que le raccourcissement de la saison neigeuse » déjà observés vont « se poursuivre ».


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :