La grippe connaît « une intensité très élevée » et est « en nette augmentation », indique Santé publique France

Le nombre de passages aux urgences pour des syndromes grippaux a augmenté de 52% en une semaine et celui des hospitalisations a bondi de 75%.

Article rédigé par

Radio France

Publié le 28/12/2022 13:41 Mis à jour le 28/12/2022 14:42

Temps de lecture : 2 min.

L’épidémie de grippe connaît « une intensité très élevée«  et est « en nette augmentation », indique Santé publique France mercredi 28 décembre dans son nouveau point de situation que franceinfo a pu consulter. Les régions les plus touchées : Hauts-de-France, Île-de-France, Normandie et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Sur l’ensemble du pays, la part des hospitalisations pour grippe ou syndrome grippal parmi toutes les hospitalisations atteint 41,2 pour mille pendant la semaine du 19 au 25 décembre. Elle était de 23,5 pour mille la semaine précédente.

Le nombre de passages aux urgences pour des syndromes grippaux a augmenté de 52% en une semaine et celui des hospitalisations après passage aux urgences a bondi de 75%. En deux semaines, la part d’hospitalisations pour grippe est passée d’un niveau « faible » (moins de 15 pour mille) à un niveau « très élevé ». Avec l’afflux de ces patients, quasiment plus aucun lit n’était disponible en service de réanimation en Île-de-France mardi.

Le profil des personnes gravement atteintes inquiète aussi Santé publique France. La proportion de personnes âgées de 65 ans et plus parmi les patients admis en réanimation est la même que la proportion des personnes plus jeunes, entre 15 et 64 ans (42% et 41%). De la même façon, si 37% des patients admis en réanimation sont des personnes de 65 ans et plus avec une ou des comorbidités, près d’un quart (23%) ont moins de 65 ans et n’ont aucune comorbidité.

Mais le phénomène se retrouve aussi en médecine de ville. Un quart des consultations de SOS Médecins et près de 15% de celles du réseau Sentinelles sont consacrées à des syndromes grippaux. « Un niveau d’intensité très élevé », note l’agence épidémiologique.

Conséquence de l’intensité de l’épidémie de grippe, le nombre de décès liés au virus est en « très forte augmentation ». La semaine dernière, ils représentaient 2,8% des décès enregistrés électroniquement, une part deux fois plus élevée que la semaine précédente, voire sept fois plus que deux semaines avant. Chiffre qui dépasse les pics des épidémies de grippe des deux dernières années et qui s’approche de celui de l’épidémie de l’hiver 2017-2018. Il est encore loin, néanmoins, du pic des décès de l’épidémie de 2018-2019.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :