A la Une

Union européenne : la Croatie s’apprête à intégrer la zone euro et l’espace Schengen

Le pays des Balkans va dire adieu à sa monnaie et adopter l’euro. Plus de 70 postes-frontières vont aussi fermer lors du passage à 2023.

A minuit, la Croatie dira adieu à sa monnaie, la kuna, pour devenir le vingtième pays appartenant à la zone euro. Elle rejoindra en même temps l’espace Schengen en tant que 27e membre de cette vaste zone au sein de laquelle plus de 400 millions de personnes peuvent voyager librement, sans contrôles aux frontières intérieures. Deux étapes majeures pour ce petit pays qui a rejoint l’Union européenne en juillet 2013.

L’entrée dans la zone euro et dans l’espace Schengen constituent « deux objectifs stratégiques pour davantage d’intégration à l’UE », a insisté le Premier ministre Andrej Plenkovic. Les dirigeants croates soulignent régulièrement les avantages attendus pour ce pays des Balkans, qui compte 3,9 millions d’habitants. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, est attendue dimanche pour marquer les deux événements.

>>  La Croatie va devenir le 20e membre de la zone euro, un symbole pour les Balkans

Pour les experts, le passage à l’euro contribuera à protéger l’économie croate, l’une des plus faibles de l’UE. En novembre, l’inflation a atteint 13,5%, comparé à 10% dans la zone euro. Des pays d’Europe de l’Est membres de l’UE mais pas de la zone euro, comme la Pologne ou la Hongrie, se sont révélés encore plus vulnérables face à l’inflation croissante.

L’euro est déjà très présent en Croatie. Environ 80% des dépôts bancaires sont libellés en euros et les principaux partenaires de la Croatie se trouvent en zone euro. Le pays a accueilli cette année quatre fois plus de touristes qu’elle ne compte d’habitants, mais l’entrée dans la zone Schengen devrait encore donner un coup de fouet au secteur. Les longues files d’attente aux frontières croates avec ses voisins européens, la Slovénie et la Hongrie, feront partie du passé. Dimanche, 73 postes-frontière vont fermer.

La répression de l’immigration illégale reste un défi majeur. Depuis que le pays a rejoint l’UE, il a hérité de la lourde tâche de protéger une frontière extérieure terrestre longue de plus de 1 350 km dont la majeure partie est avec la Bosnie. La Croatie se trouve sur la route dite des Balkans occidentaux empruntée par les migrants, mais aussi par des trafiquants d’armes, de drogues et d’êtres humains.

La frontière avec la Bosnie est la plus délicate à gérer, en raison de sa longueur, mais aussi de son terrain accidenté. Après le reflux des passages clandestins lié à la crise sanitaire, la Croatie a enregistré 30 000 migrants illégaux au cours des dix premiers mois de 2022, soit une augmentation de 150% par rapport à la même période de l’année précédente.


Continuer à lire sur le site France Info