A la Une

Mort de Pelé : à quoi ressemble le « plus grand cimetière vertical du monde » dans lequel le footballeur va être enterré ?

Même quand il s’agit de son enterrement, Pelé reste l’homme de tous les records. Le footballeur brésilien légendaire sera enterré, mardi 3 janvier, dans le plus grand cimetière vertical au monde, selon le livre Guiness Book des records. Il s’agit du Memorial Necrópole Ecumênica, à Santos, au Brésil, à quelques kilomètres seulement de là où la star du ballon rond a forgé une grande partie de sa légende. Ce cimetière vertical de 14 étages, qui compte environ 14 000 places, ressemble à s’y méprendre à un hôtel de luxe ou un immeuble cossu.

>> REPORTAGE. Mort de Pelé : « On ne tournera jamais la page », assure l’un de ses plus fervents supporters à Santos

Avec ses palmiers, son carrelage blanc impeccable au sol et ses canapés en cuir, l’établissement dispose d’un restaurant ouvert 24/24h, d’une volière, de salles funéraires luxueuses et d’une chapelle. Sans oublier un jardin tropical et une chute d’eau à flanc de collines. Au total, le cimetière affirme disposer d’environ 14 000 places pour les cercueils et les urnes des défunts. Le bâtiment intrigue et fascine : un internaute a même réalisé une visite guidée virtuelle particulièrement poussée dans les couloirs de l’établissement et notamment de son funérarium et de son ossuaire sur Google Maps

Côté histoire, ce cimetière vertical a été construit en 1983 par l’architecte argentin Pepe Altstut, avec l’ambition de régler un problème récurrent dans la région de Santos.

À cette époque, beaucoup d’enterrements avaient lieu « au milieu de la boue », à cause de problèmes de nappes phréatiques, peut-on lire sur le site de l’établissement, qui rend d’ailleurs largement hommage à « O Rei« , Pelé, sur sa page d’accueil.

Dans un documentaire A Tomb with a View (diffusé lors du Toronto International Film Festival de 2014), l’architecte glissait au réalisateur Ryan J. Noth que le design du bâtiment a été une « expérience personnellement enrichissante« . Face aux « commentaires positifs« , il affirme avoir été incité à développer la Nécropole au fur et à mesure. 

[embedded content]

Dès 2003, Edson Arantes do Nascimento, décédé le 29 décembre 2022 à l’âge de 82 ans des suites d’un cancer du côlon, avait d’ailleurs réservé des places pour lui et sa famille. Le joueur avait confié à l’époque avoir choisi ce lieux « qui ne ressemble pas à un cimetière » pour sa « tranquillité », au journal local A tribuna.

Après un hommage rendu par plus de 230 000 personnes devant le cercueil lors d’une veillée funéraire de 24 heures au stade de Vila Belmiro du Santos Football Club, où le triple champion du monde a
passé l’essentiel de sa carrière, de 1956 à 1974, la dépouille du joueur doit être transportée à travers les rues de la ville – non loin de chez la mère centenaire de Pelé – avant d’être inhumée dans cette nécropole œcuménique, lors d’une « cérémonie privée ». 

Et le « Roi » n’aura pas de traitement particulier, au contraire : Pelé reposera au neuvième étage, aux côtés de son père, en référence au numéro que portait João Ramos do Nascimento quand il était, lui aussi, joueur de foot. Il y rejoindra également son frère, Jair Arantes do Nascimento, décédé en 2020 et sa fille, Sandra Arantes do Nascimento, en 2006, selon le site de la principale chaine de télé brésilienne, Globo

On ne sait pas encore si des visites publiques sont prévues dans la nécropole afin que les amateurs de ballon rond puissent rendre dans les mois et les années à venir un dernier hommage au champion. Toutefois, le bâtiment, lui, se visite bel et bien, car, plus étonnant encore, le cimetière dispose d’un « musée de véhicules » : on peut admirer une collection de motos et voitures anciennes au rez-de-chaussée, “à côté d’un jardin et d’une chapelle”, indique le site du Memorial Necrópole Ecumênica. Et dans cette collection, on trouve d’ailleurs une Mercedes Benz 280-S de 1974 “donnée à Pelé par le constructeur automobile allemand, à l’occasion du millième but du roi du football”, marqué en 1969 par le footballeur. 


Continuer à lire sur le site France Info