Covid-19, grippe… mais pas seulement : comment faire la différence entre ces virus qui sapent ces dernières semaines ?

Impossible de passer à côté ces dernières semaines… L’épidémie de grippe est intense. Mais ce n’est pas le seul virus à circuler. Portrait robot des symptômes pour s’y retrouver.

Quelle est la différence entre la grippe et les autres virus qui sévissent ces dernières semaines ? La difficulté est considérable car même les professionnels de santé ont du mal à s’y retrouver. Tous les malades qui défilent dans la pharmacie parisienne de Ludovic Kabla affirment avoir la grippe. « C’est juste qu’on a tout en même temps, explique le pharmacien. Covid, grippe et angine ». S’ajoutent tous les virus respiratoires, très courants en hiver. 

>> Covid-19 : ce que l’on sait de XBB.1.5, le nouveau variant d’Omicron qui se propage aux Etats-Unis

« C’est très compliqué de distinguer les différents virus respiratoires qui circulent, que ça soit celui de la bronchiolite, celui de la grippe ou le nouveau variant d’Omicron pour le Covid-19 parce qu’ils ont en commun des symptômes donc, pour tout vous dire, même nous on n’y arrive pas », avoue Gilles Pialoux, chef du service maladies infectieuses à l’hôpital Tenon à Paris. Et ces symptômes communs sont bien connus : une forte fièvre, des courbatures et des maux de tête importants. Autrement dit : ils sont tous communs à d’autres virus respiratoires fréquents en ce moment. « Il y a les anciens coronavirus, il y a les rhinovirus, le virus respiratoire syncytial dont on a beaucoup parlé à cause de la bronchiolite de l’enfant », énumère à son tour Gilles Pialoux qui estime à une « vingtaine » les virus qui peuvent circuler actuellement. 

Le seul moyen est de procéder à un test de dépistage. En cas d’hospitalisation, la question ne se pose pas, le test est pratiqué automatiquement. En médecine de ville, il existe aussi des tests. On les appelle des « trods ». Ils sont réalisés uniquement par les généralistes ou les pharmaciens et sont peu fréquents. Mais face à l’envolée des épidémies, des laboratoires ont aussi mis au point des tests qui dépistent à la fois le Covid et la grippe. Et, selon Vincent Enouf, virologue à l’Institut Pasteur, ils ont vocation à se développer davantage. « On est passé par une pandémie Covid et on a vu que ça fonctionnait assez bien pour s’autotester. Est-ce que cela doit être fait sur l’ensemble des virus respiratoires ? En effet, ce sont des questions qui restent posées », affirme le virologue. La Haute autorité de Santé est en train d’évaluer l’efficacité des « double tests ». En attendant son avis, seule une partie de l’acte est remboursée par la Sécurité sociale. 

L’intérêt de ces tests est de prévoir la période d’isolement des patients. Tous les professionnels contactés s’y disent plutôt favorables. Ils s’appuient sur les résultats apportés pendant la crise sanitaire pour stopper la propagation du virus. Argument aussi avancé par Ludovic Kabla, pharmacien à Paris : il faut savoir faire « la vraie nuance, la vraie différence, entre les deux, parce qu’on pourrait se dire qu’il y ait la grippe ou le Covid, on s’en moque un peu en fait, on va le traiter pareil, il met son masque, il se lave les mains, il fait attention, c’est la contamination ».

« Savoir va permettre de nuancer, de se dire : là, on en a pour neuf jours – Covid. Mais là, on en a pour cinq jours – grippe. »

Ludovic Kabla, pharmacien à Paris

à franceinfo

Lui a, en tout cas, commandé un carton de 800 tests qui seront facturés aux malades, au même tarif qu’un dépistage Covid.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :