Actu365

« Charlie Hebdo » : une enquête ouverte pour des soupçons de piratage du site internet de l’hebdomadaire

Publicités

Les investigations ont été confiées à la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) et à la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité (OCLCTIC), précise le parquet.

Article rédigé par

Radio France

Publié le 05/01/2023 18:30 Mis à jour le 05/01/2023 18:35

Temps de lecture : 1 min.

Une enquête a été ouverte jeudi 5 janvier pour « accès frauduleux à un système de traitement automatisé de données », « maintien frauduleux » dans ce système », « introduction de données » dans ce système, « modification frauduleuse de données », « extraction frauduleuse de données » et « entrave au fonctionnement » de ce système, après des soupçons de piratage du site internet de l’hebdomadaire Charlie Hebdo ce jeudi, a appris franceinfo auprès du parquet de Paris, confirmant une information d’Europe 1.

Selon une source proche du dossier, l’attaque informatique a visé ce jeudi le site internet commercial ainsi que la page d’accueil de l’hebdomadaire. Il n’y a pour l’instant aucune revendication significative. Les investigations ont été confiées à la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) et à la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité (OCLCTIC), précise le parquet.

Dans son numéro du 4 janvier « Mollah, retournez d’où vous venez », Charlie Hebdo a décidé d’apporter son soutien au mouvement de contestation en Iran. L’hebdomadaire a lancé un concours international de caricatures. Une initiative qui a fait réagir en Iran notamment. La République islamique d’Iran a annoncé la fermeture de l’Institut français de recherche. Invité de franceinfo, lundi 3 janvier, Riss, le directeur de la rédaction de Charlie Hebdo, déclarait : « On a subi des attaques informatiques dans les jours qui ont suivi pour essayer de bloquer le site. Charlie Hebdo est souvent attaqué quand il y a des choses comme ça, ce n’est pas nouveau ». Néanmoins, aucun lien avec l’Iran n’est établi pour le moment. 


Continuer à lire sur le site France Info

Quitter la version mobile