A la Une

Guerre en Ukraine : trois questions sur le char AMX-10 RC et les autres blindés légers que la France, les Etats-Unis et l’Allemagne vont livrer à Kiev

Emmanuel Macron a annoncé mercredi la livraison de chars légers à l’armée ukrainienne, une aide inédite depuis le début du conflit. Washington et Berlin ont annoncé jeudi qu’ils allaient en faire de même.

Une aide militaire décisive de l’Otan pour tenter une percée face aux forces russes ? La France « amplifie » son appui à Kiev et va livrer pour la première fois à l’Ukraine des blindés légers AMX-10 RC, a annoncé l’Elysée, mercredi 4 janvier. « C’est la première fois que des chars de conception occidentale sont fournis aux forces armées ukrainiennes », a précisé la présidence française, après un nouvel entretien d’une heure entre Emmanuel Macron et le président ukrainien, Volodymyr Zelensky.

>> Guerre en Ukraine : suivez les dernières informations dans notre direct

L’Allemagne et les Etats-Unis ont également fait savoir dans un communiqué commun (en anglais), jeudi 5 janvier, qu’ils livreront des engins similaires. Kiev demande depuis plusieurs semaines la livraison de ces blindés occidentaux modernes, alors que les alliés européens n’ont envoyé jusqu’à présent que des chars de conception soviétique.

Franceinfo fait le point sur ces chars légers, dont les modalités de livraison (nombre, délai, formation des équipages) seront précisées dans les prochaines semaines, a annoncé le ministère des Armées.

Quelles sont les caractéristiques du char léger AMX-10 RC ?

Ces blindés légers, dont la production a commencé dans les années 1980, pèsent près de 20 tonnes et mesurent un peu plus de 9 mètres de long. Ils sont dotés de canons de 105 mm et deux mitrailleuses. L’AMX-10 RC est monté sur roues et non sur chenilles. Son équipage est composé de quatre personnes, précise l’armée de terre. Il est produit par l’entreprise française Nexter, qui fabrique également le canon Caesar, déjà livré à l’armée ukrainienne ces derniers mois.

Le blindage et l’armement du char AMX-10 RC n’ont rien à voir avec celui d’un char lourd. À titre de comparaison, celui de l’armée française, le fameux Leclerc, pèse de 56 à 63 tonnes et dispose d’un canon de 120 mm, comme le détaille l’armée.

Comment est-il utilisé sur le terrain ?

Ces chars légers, très mobiles, remplissent des tâches bien précises. « Ce type [de blindés français], pensé en pleine guerre froide pour affronter les Soviétiques, est du matériel mobile fait pour aller vite et exploiter des percées potentielles, analyse auprès de l’AFP Pierre Haroche, maître de conférence en sécurité internationale à l’université Queen Mary de Londres. C’est un signal politique fort que le soutien occidental ne s’essouffle pas. (…) On montre que l’on investit sur la victoire ukrainienne, sur leur capacité à reconquérir et pas seulement tenir le front. »

Cette capacité de mouvement est essentielle pour éviter un gel du front, souligne de son côté Thibault Fouillet, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS). « Avec la guerre en Ukraine, on a un retour du blocage tactique avec une supériorité du feu, notamment d’artillerie, sur le mouvement. Ce qui explique (…) le retour à de nombreuses positions fortifiées, à des tranchées qu’on voit fleurir », détaille-t-il à l’Agence France-Presse. « Même des percées qui nous paraissent majeures, comme dans la zone de Kharkiv (Nord-Est), ne font avancer que de quelques dizaines de kilomètres, sans permettre de faire s’effondrer l’adversaire », ajoute ce spécialiste.

Reste que ces chars légers, du fait de leur faible blindage, sont vulnérables face à des chars lourds. « C’est l’agilité et la mobilité face à la puissance de feu. Le char léger permet de se positionner très vite mais, dès qu’il est touché, il est hors combat », explique Pierre Razoux, directeur académique de la Fondation méditerranéenne d’études stratégiques (Fmes). Car, côté russe, il y a une « gamme complète de vieux chars T62-T72-T80 modernisés, beaucoup plus lourds », précise-t-il.

Quels sont les blindés légers livrés par Berlin et Washington ?

Les Etats-Unis et l’Allemagne vont donc également livré des engins similaires. Les blindés américains Bradley, de 25 à 30 tonnes, sont notamment équipés d’un canon de 25 mm et de missiles antichar. Ils peuvent transporter, en plus de l’équipage, six combattants. Le Bradley « n’est pas un char d’assaut, c’est un tueur de chars d’assaut », affirme le général américain Pat Ryder. C’est un « véhicule blindé qui a une capacité de feu et qui peut amener des troupes au combat. Nous sommes convaincus que cela va beaucoup aider [les forces ukrainiennes] sur le champ de bataille. »

De leur côté, les Marder allemands, dont 20 à 40 exemplaires seront livrés à Kiev, selon le média allemand Der Spiegel, sont en service depuis les années 1970. Ce sont des blindés légers destinés au transport de troupes. Leur armement principal est un canon de 20 mm.


Continuer à lire sur le site France Info