INFOGRAPHIE. Inflation : découvrez l’évolution des prix de la galette des rois en France depuis un an

Des supermarchés aux boulangeries artisanales, la hausse des prix des matières premières et de l’énergie a fait flamber l’addition pour l’Epiphanie.

De l’amande amère et une note salée. Alors que l’inflation a atteint 5,9% en décembre en France, la galette des rois ne fait pas exception. Portée par des cours des matières premières et de l’énergie en forte hausse, la star des boulangeries durant le mois de janvier a vu son prix exploser. « Cette année, les boulangers doivent augmenter le prix de leur galette, c’est une question de bonne gestion… et de survie ! » explique Dominique Anract, président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNBPF).

Franceinfo a relevé les prix de différentes galettes à la frangipane pour six personnes entre 2022 et 2023 (voir la méthodologie en fin d’article). La hausse semble généralisée, des galettes industrielles de supermarché aux œuvres d’art des pâtisseries « de luxe », en passant par les boulangeries artisanales de Paris et de province. L’ensemble des hausses est comprise entre 15% et 66%.

Evolution du prix des galettes des rois entre 2022 et 2023. (FRANCEINFO)

Evolution du prix des galettes des rois entre 2022 et 2023. (FRANCEINFO)

Si les augmentations constatées sont bien plus importantes que l’inflation moyenne en France, cela s’explique par des coûts de production particulièrement hauts cette année pour les boulangers. « Le beurre a pris 70% de hausse, la farine 30%, les œufs entre 50 et 100%, le sucre plus de 50%… » égrène Dominique Anract. Ajoutez à cela les factures d’électricité qui enflent pour les artisans énergivores comme les boulangers et vous obtenez une galette à prix d’or.

L’enjeu est de taille pour les boulangeries et pâtisseries artisanales. Les galettes des rois peuvent représenter jusqu’à 10% du chiffre d’affaires annuel, rappelle France 3. « La galette, c’est tout le mois de janvier. C’est répétitif et cela engendre plus de chiffre d’affaires que les bûches de Noël par exemple », détaille Dominique Anract.

Reste que l’augmentation des tarifs risque de faire changer les habitudes des Français, de plus en plus nombreux à se tourner vers les supermarchés pour acheter des galettes à faible coût. L’année dernière, « les artisans, qui avaient répercuté les hausses de prix du beurre dès la fin 2021, ont vendu 10 à 15% de galettes en moins », note le magazine Libre Service Actualités. Les grandes gagnantes ont été les grandes surfaces : dans le même temps, leurs ventes ont progressé de 7%.

Certaines traditions pourraient également se perdre. « Avant, celui qui trouvait la fève rachetait une galette et l’offrait deux ou trois jours après. Là, cette tradition va se perdre », s’inquiète Xavier Bordet, président de la Fédération des artisans boulangers du Puy-de-Dôme.

Méthodologie : les chiffres de l’infographie sont issus de constatations individuelles réalisées par franceinfo. Le prix de la galette de supermarché est issu d’un comparatif du prix catalogue 2022 et 2023 de Géant Casino. Celui de la galette de boulangerie de province est issu des déclarations de Xavier Bordet, président de la Fédération des artisans boulangers du Puy-de-Dôme et boulanger à Arland, sur France 3. Le prix de la galette de boulangerie à Paris est issu d’une constatation dans une boulangerie artisanale du XXe arrondissement. Enfin, le prix de la galette de boulangerie de luxe est issu d’un comparatif entre le prix annoncé de la galette vendue par le traiteur Mam par la cheffe Stéphanie Le Quellec en 2022 et 2023. Les prix affichés dans l’infographie sont donnés à titre d’exemple et n’ont pas valeur de moyenne dans le secteur.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :