Covid-19 : quelles sont les mesures en vigueur pour les voyages vers ou depuis la Chine ?

La quarantaine obligatoire pour les voyageurs venant de l’étranger en Chine est officiellement levée dimanche, mettant fin à trois ans d’isolement du pays.

Une étape de plus vers la fin des mesures anti-Covid en Chine : la quarantaine obligatoire a été officiellement levée, dimanche 8 janvier, pour les voyageurs en provenance de l’étranger. Cette mesure, annoncée par Pékin le 26 décembre, intervient alors que l’épidémie continue de flamber dans le pays en raison de la levée massive de nombreuses restrictions depuis l’automne 2022. 

Depuis mars 2020, des quarantaines strictes dans des hôtels dédiés étaient imposées à toutes les personnes arrivant de l’étranger. La durée de cette quarantaine, initialement de trois semaines, avait déjà été ramenée à une semaine au cours de l’été 2022, puis à cinq jours en novembre. 

Dimanche, la Chine a repris la délivrance de visas ordinaires et de permis de séjour pour les étrangers désirant se rendre dans le pays. Elle était suspendue depuis mars 2020 et l’explosion de la pandémie. A ce jour, il est pourtant « recommandé aux voyageurs qui envisagent de se rendre en Chine, tout particulièrement les personnes fragiles ou immunodéprimées, de considérer un report de leur voyage, en l’absence d’un motif essentiel », a averti le ministère français des Affaires étrangères fin décembre. L’Allemagne et la Belgique ont émis des recommandations similaires.

Toutes les restrictions ne sont pas levées pour les voyageurs internationaux : la Commission nationale chinoise de la santé (NHC) a annoncé 26 décembre qu’un test PCR négatif de moins de 48 heures était toujours demandé pour entrer en Chine.

Localement, un quota a été mis en place pour le nombre de personnes pouvant voyager depuis Hong Kong : ils ne pourront pas être plus de 60 000 à se déplacer chaque jour vers la Chine, ont annoncé les autorités jeudi, pour la première phase de réouverture. Dans le détail, 50 000 personnes pourront s’y rendre via trois points de contrôle et 10 000 auront le droit de quitter le territoire par les airs ou la mer. 

Les autorités chinoises ont également repris, dimanche, la délivrance de passeports et de visas de voyage pour leurs concitoyens, privés de déplacements internationaux depuis le début de l’année 2020. Impatients de pouvoir à nouveau quitter le territoire, les Chinois ont pu effectuer en nombre des projets de voyages à l’étranger, avec une augmentation spectaculaire du trafic sur les sites de réservations observée depuis les annonces de Pékin. 

Mais la perspective d’un afflux massif de touristes chinois a incité plus d’une dizaine de pays à imposer des tests de dépistage aux voyageurs en provenance de Chine. Tous les voyageurs en provenance de Chine, « par vol direct ou avec escale », auront ainsi l’obligation de présenter un test PCR ou antigénique négatif « avant l’embarquement » pour se rendre en France. Ce test devra être réalisé moins de 48 heures avant leur départ, soit la même mesure que celle imposée pour se rendre en Chine.

En parallèle, le port du masque est requis par la France dans l’ensemble des avions en provenance de Chine. Depuis le dimanche 1er janvier, des tests PCR sont également réalisés « à l’arrivée sur le territoire français » auprès de ces voyageurs. 

Aux Etats-Unis, depuis jeudi, « tous les voyageurs par avion âgés de 2 ans et plus venant de Chine devront faire un test pas plus de deux jours avant leur départ », et ce indépendamment de leur nationalité ou de leur statut vaccinal. 

Certains pays ont choisi de limiter leur ouverture à la Chine, en proie à une explosion de l’épidémie. Le nombre de vols vers le Japon au départ de la Chine continentale a été limité. Le Japon a également restreint les vols directs de Hong Kong vers quatre de ses aéroports.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :