Guerre en Ukraine : l’armée russe affirme avoir mené des frappes sur Kramatorsk en « représailles » à celle de Makiïvka, l’armée ukrainienne dément

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #UKRAINE

17h52 : L’Ukraine nie toute frappe sur des casernes à Kramatorsk, affirmant que la revendication russe « ne correspond pas à la vérité ». Le pouvoir russe affirme avoir tué 600 Ukrainiens, mais aucun élément factuel n’appuie cette affirmation, et les autorités locales et les témoins ont balayé cette assertion. « Les troupes russes n’ont pas la capacité de délivrer des frappes de haute précision », fait savoir au média Suspilne un porte-parole du commandement « Est » de l’armée ukrainienne, Serguiï Tcherevaty, dénonçant une « opération de communication » russe face aux succès ukrainiens.

15h38 : Le flou persiste autour des frappes ayant touché cette nuit la ville de Kramatorsk (ouest du pays). L’armée russe assure avoir tué « 600 soldats ukrainiens » en représailles à la frappe menée le 31 décembre dernier à Makiïvka. Un bilan qui a de quoi faire lever les sourcils, car le maire de Kramatorsk, Alexandre Goncharenko, a déclaré sur Facebook que ces frappes n’avaient fait aucun mort. Kiev n’a fait aucun commentaire sur le sujet et les journalistes occidentaux sur place n’ont pas pu confirmer le bilan avancé par le camp russe.

14h57 : Kiev vient de confirmer l’échange de prisonniers de guerre, annoncé plus tôt aujourd’hui par Moscou. Un échange réalisé à l’équilibre, avec 50 soldats transférés dans chaque camp, a déclaré sur Telegram Andriy Yermak, chef de cabinet à la présidence ukrainienne.

(ANDRIY YERMAK VIA TELEGRAM)

14h26 : Il est d’ailleurs grand temps de faire un nouveau point sur l’actualité, que voici :

Trois ans après son instauration, la Chine lève la quarantaine pour les voyageurs internationaux. On vous explique les mesures en vigueur pour les voyages vers ou depuis la Chine.

Gabriel Attal confirme la piste d’un recul de l’âge légal de départ à 64 ans et tend la main aux Républicains, dans un entretien au Journal du dimanche.

#RETRAITES Le patron des Républicains, Eric Ciotti, se dit lui prêt à « voter une réforme juste », mais pose ses conditions à la majorité.

La trêve décrétée unilatéralement par Moscou a pris fin hier soir, sans avoir été ni reconnue ni respectée. Sur place, les hostilités continuent. Suivez notre direct.

14h24 : Bonjour @Sylvie, ce chiffre fait débat mais nous nous en tenons au bilan confirmé par Moscou (89 morts), qui cite sa chaîne de commandement. Côté ukrainien, on parle plutôt d’environ 400 militaires russes tués lors de cette frappe.

14h16 : Sait-on le nombre de morts même approximatif à Makiïvka ? Pas 89 en tout cas. Plusieurs centaines plus sûrement.

14h21 : Le ministère de la Défense russe a par ailleurs annoncé un nouvel échange de prisonniers. Selon l’agence Tass, des négociations ont permis à la Russie de récupérer 50 militaires russes, « qui étaient en danger de mort en captivité ». Le nombre de prisonniers ukrainiens n’a lui pas été communiqué. Kiev n’a pas non plus confirmé cet échange.

14h21 : L’armée russe déclare avoir mené des frappes sur des casernes militaires à Kramatorsk (est de l’Ukraine), en « représailles » au bombardement ukrainien sur Makiïvka, qui avait tué 89 soldats russes dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier. La date des frappes en question n’a pas été précisée.

14h17 : Il sera certainement très difficile de vérifier ces accusations russes, car depuis le début de la guerre, Kiev ne revendique que très rarement les opérations militaires menées au sein du territoire russe ou dans les régions séparatistes, rappelle le quotidien britannique The Guardian (en anglais).

12h58 : La guerre de l’information fait rage autour de la centrale hydroélectrique de Vakhova (est du pays). Après une alerte hier des services de renseignement ukrainiens, qui craignaient une attaque russe sur ce barrage, Moscou accuse aujourd’hui Kiev d’avoir mené des frappes sur deux centrales de la région, dont celle de Vakhova.

12h13 : Midi passé de quelques minutes, l’heure de faire un nouveau point sur l’actualité :

Gabriel Attal confirme la piste d’un recul de l’âge légal de départ à 64 ans et tend la main aux Républicains, dans un entretien au Journal du dimanche.

#RETRAITES Le patron des Républicains, Eric Ciotti, se dit lui prêt à « voter une réforme juste », mais pose ses conditions à la majorité.

Trois ans après son instauration, la Chine lève la quarantaine pour les voyageurs internationaux, sa dernière mesure stricte contre l’épidémie.

La trêve décrétée unilatéralement par Moscou a pris fin hier soir, sans avoir été ni reconnue ni respectée. Sur place, les hostilités continuent. Suivez notre direct.

10h58 : Sans plus attendre, faisons un point sur l’actualité :

Gabriel Attal confirme la piste d’un recul de l’âge légal de départ à 64 ans et tend la main aux Républicains, dans un entretien au Journal du dimanche.

La trêve décrétée unilatéralement par Moscou a pris fin hier soir, sans avoir été ni reconnue ni respectée. Voici le récapitulatif de la journée d’hier.

Le retour des « gilets jaunes » n’a pas fait le plein, hier, avec 2 000 manifestants à Paris, selon le ministère de l’Intérieur, 4 700 au total dans toute la France. « On ne se démotive pas », assurent ceux qui ont battu le pavé hier après-midi.

Les grosses écuries de L1, Lens, l’OM, Lyon, Rennes… ont franchi sans encombre l’obstacle des 32es de finale de la Coupe de France… mais pas Clermont, autre pensionnaire de l’élite, vaincu aux tirs au but par les amateurs du FCO Strasbourg Koenigshoffen, pas plus que Nice, sorti par Le Puy, équipe de 3e division ou Monaco, qui chute face à Rodez.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :