A la Une

INFO FRANCEINFO. Le gouvernement annoncera fin janvier une nouvelle réglementation sur l’utilisation de l’eau

Parmi les ambitions du plan sur l’eau qui va être annoncé par le gouvernement, celle de mieux réutiliser les eaux usées. La France accuse un gros retard sur le sujet et la raison repose essentiellement sur une question de réglementation.

De l’été 2022 où des villages n’avait plus une goutte d »eau au robinet, où des rationnements d’eau ont eu lieu par endroit et où les nappes phréatiques étaient au plus bas, le ministère de la Transition écologique garde un mauvais souvenir. Selon les informations de franceinfo lundi 9 janvier, le gouvernement annoncera à la fin du mois un grand plan sur l’eau. Il prévoit notamment de faire des annonces contre les fuites des réseaux de distribution d’eau. Une grande campagne de prévention sera par ailleurs lancée au printemps contre le gaspillage. 

>> AVANT/APRES. Visualisez l’ampleur de la sécheresse en France cet été depuis l’espace

Mais le sujet le plus important sera une nouvelle réglementation sur l’utilisation de l’eau. Actuellement les eaux usées, une fois traitées, sont simplement rejetées, alors qu’elle pourrait servir à l’irrigation des espaces verts, de certaines cultures, au lavage des rues, ainsi qu’à lutter contre les incendies. À peine 1% de cette eau traitée n’est, à l’heure actuelle, réutilisée en France, alors qu’en Espagne par exemple c’est 15%, ou plus de 90% en Israël. 

Cette différence est principalement réglementaire. En Europe, depuis 1991, chaque pays a sa propre réglementation sur l’utilisation des eaux usées. En France, elle est l’une des plus strictes. Donc cette filière n’existe pas et notre retard est énorme. Tant que la ressource semblait inépuisable, personne ne s’en est inquiété. 

« Pourquoi utiliser l’eau potable pour arroser les fleurs des collectivités ? », s’agace un ministre. Si les autorités sanitaires bloquent, en coulisses, la pression pour faire évoluer les choses s’intensifie. Au ministère de la Transition écologique, on est plutôt convaincu. Depuis de nombreuses années, le sujet est abordé, comme aux Assises de l’eau ou encore au Conseil national de l’Eau la semaine dernière, avec tous les acteurs du secteur.

À noter qu’il y a eu un lobbying intensif de la part des golfs qui n’ont pas beaucoup apprécié les polémiques de l’été dernier lorsque leurs greens étaient bien verts en pleine canicule. Ils aimeraient pouvoir utiliser de l’eau qui n’est pas puisée dans les nappes phréatiques.


Continuer à lire sur le site France Info