DIRECT. Réforme des retraites : l’ensemble de la gauche appelle à rejoindre la mobilisation syndicale du 19 janvier

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #RETRAITES

21h04 : Patrick, un internaute, s’interroge sur la situation de personnes au chômage et qui « se retrouveront en fin de droits avant d’avoir atteint la retraite ». « Notre responsabilité, c’est d’accompagner les personnes qui cherchent un emploi, il n’y a pas de fatalité », répond Elisabeth Borne.

21h01 : Bonsoir @Clémant et @Gudak, actuellement les fonctionnaires « en catégorie active », exerçant des métiers pénibles et dangereux, peuvent partir à partir de 52 ans ou 57 ans, selon la profession exercée. Il s’agit des pompiers ou des policiers, mais aussi des surveillants pénitentiaires, des éboueurs ou encore des égoutiers. Avec la réforme, ces professions pourront toujours bénéficier d’un départ anticipé par rapport aux travailleurs du régime général, mais devront tout de même travailler deux ans supplémentaires. Ce qui portera leur âge de départ à 54 ou 59 ans.

21h01 : Quid de la retraite des sapeurs pompiers professionnels ?

21h01 : Les policiers sont-ils concernés par la réforme ?

21h01 : « Que prévoit le gouvernement pour baisser le taux de chômeurs âgés de 60 à 64 ans ? » Sur France 2, Elisabeth Borne a répondu à la question de l’un de nos internautes.

21h00 : L’association des maires de France a appelé le gouvernement à « mieux prendre en compte la pénibilité » de la fonction publique territoriale. « Avec plus de 75% d’agents de catégorie C, la forte pénibilité de certains métiers territoriaux a de lourdes conséquences en terme d’espérance de vie, de sinistralité et d’inaptitude », a expliqué l’association dans un communiqué.

20h59 : « Je pense qu’il faut changer le regard que l’on porte sur les seniors en entreprise. (…) Le gouvernement seul ne peut pas faire avancer ce sujet-là, c’est aussi un sujet de dialogue social. »

20h57 : « Quels critères de pénibilité psychologique allez-vous retenir pour les enseignants dans des zones difficiles ? », demande Fabienne Pineau à la Première ministre. « On dépasse [le cadre de] la réforme des retraites, il y a certainement à travailler sur la qualité de vie au travail, que ce soit dans les métiers du soin et dans ceux de l’éducation », explique Elisabeth Borne.

20h54 : Qu’en est-il des salariés des régimes spéciaux ? Les nouveaux embauchés seront désormais affiliés au régime général, et seront soumis aux mêmes conditions de départ à la retraite, à partir de 64 ans.

(FRANCE 2)

20h53 : Virginia Begnis, coiffeuse-barbier, s’inquiète des critères de pénibilité prévus dans la réforme des retraites. « C’est la Caisse d’assurance maladie qui va déterminer les métiers dans lesquels les salariés ont le plus d’inaptitude », explique Elisabeth Borne, qui affirme que des négociations seront ensuite mises en place.

20h51 : La réforme risque-t-elle de déstabiliser la société, comme le demande Gwenaëlle ? « On peut se poser la question », répond la Première ministre. « Je ne crois pas que la société chez nos voisins soit déstabilisée par des âges sensiblement plus élevés », ajoute-t-elle.

20h49 : #BORNE « Je mesure parfaitement, notamment pour la génération née au deuxième semestre 1961, qu’ils aient pu préparer d’autres projets, qu’ils aient d’autres aspirations, mais en même temps le gouvernement porte ce projet depuis longtemps. »

20h48 : « Pour les carrières longues, je peux vous dire que (…) c’est un sujet sur lequel on a passé beaucoup de temps. (…) Aujourd’hui pour les ceux qui ont commencé à travailler à 16 ans, on ne demandera plus la durée de cotisations plus deux ans, mais plus un an, pour partir en retraite. »

20h48 : Sur France 2, la Première ministre est revenue sur les conditions de départ à la retraite pour les « catégories actives » de la fonction publique, comme les policiers ou les pompiers.

(FRANCE 2)

20h46 : De nombreux internautes nés dans les années 1960, comme Marie-Claire Larose, se sentent « déstabilisés » par la réforme des retraites. « Ce système par répartition traduit une solidarité entre les Français, entre les générations », répond la Première ministre qui explique vouloir « le préserver ».

20h43 : Anne Vetter-Tifrit, cheffe d’entreprise, interroge la Première ministre sur l’ambition de la réforme, jugeant qu’elle « n’est pas allée assez loin ». « Je vais assez loin pour assurer l’équilibre de notre système de retraite », a assure Elisabeth Borne.

20h38 : « Bien évidemment, on doit prendre en compte la situation de ceux qui travaillent dans un métier pénible. Notre premier enjeu, c’est d’éviter l’usure au travail dans les entreprises », explique Elisabeth Borne. Elle répondait à la question de Philippe Watrelot, retraité de l’Education nationale, qui l’interrogeait sur l’espérance de vie en bonne santé, « de 65,9 ans pour les femmes et 64 ans pour les hommes ».

20h48 : Bonsoir , sur le plateau du « 20 heures » de France 2, Elisabeth Borne a annoncé le maintien des 8 trimestres supplémentaires accordés pour la naissance ou l’adoption d’un enfant. Pour ceux nés après 2010, ces trimestres peuvent être répartis entre les parents. « On ne change pas », assure la Première ministre. Elle ajoute également que les trimestres validés lors d’un congé parental seront désormais pris en compte pour partir avec le dispositif carrières longues.

(FRANCE 2)

20h37 : Bonjour Alice, quid des 8 trimestres par enfant ? Avez-vous une info sur leur maintien ? Merci !

20h35 : #BORNE « C’est une journée dense, il y a assez peu de journées creuses dans la fonction que j’exerce », explique Elisabeth Borne, sur franceinfo. Elle répondra aux questions de six observateurs citoyens.

20h30 : L’interview d’Elisabeth Borne par Anne-Sophie Lapix est désormais terminée, mais ne partez pas. Elle sera présente dans quelques minutes sur le plateau de franceinfo pour répondre aux questions des internautes, téléspectateurs et auditeurs. C’est à suivre dans ce direct.

20h45 : Pourquoi la retraite est-elle basée sur les 25 meilleures années pour le privé et les six derniers mois pour le public ? Voici la réponse d’Elisabeth Borne à la question de l’un des nos internautes.

20h27 : « Vous savez, une des premières angoisses des Français, c’est le pouvoir d’achat. Je pense que dans le contexte, qui inquiète tout le monde, ça n’est vraiment pas une bonne idée d’imaginer baisser le pouvoir d’achat des retraités. »

20h28 : « Je suis confiante sur le fait qu’on doit être capable d’accompagner les seniors. Et vous savez, plus généralement, je pense que c’est un vrai sujet de société pour nous de reconnaître la place des seniors dans les entreprises. »

20h29 : Les mères continueront à obtenir huit trimestres par enfant, affirme Elisabeth Borne (pour les enfants nés à partir de 2010, ces trimestres peuvent être répartis entre les parents). « Il y a aussi des avancées puisque les trimestres en congé parental, qui n’étaient pas pris en compte jusqu’à présent dans le dispositif carrières longues ou dans le calcul de la pension minimale, seront pris en compte », précise-t-elle.

20h21 : « Ça peut paraître injuste, mais en réalité, quand on regarde finalement ce qu’est le taux de remplacement, c’est-à-dire le rapport entre le dernier salaire et la pension, on arrive au même niveau entre la fonction publique et le privé. »

Elisabeth Borne répondait à une question d’un internaute sur le calcul de la pension, qui prend en compte les 25 meilleures années dans le privé et les six derniers mois dans le secteur public.

20h19 : La Première ministre défend la décision du gouvernement de faire cotiser 44 ans les personnes ayant commencé à travailler avant 15 ans, contre 43 ans pour le reste de la population. « A l’heure actuelle, c’est deux ans de plus », rappelle-t-elle.

20h15 : « Notre objectif, c’est l’équilibre de notre système de retraite en 2030. On a mené plusieurs mois de concertation, on a écouté et on a pu voir qu’il y avait une autre façon d’atteindre cet objectif de l’équilibre en 2030. »

20h13 : « On va devoir progressivement travailler plus longtemps et je mesure ce que ça représente pour beaucoup de Français », explique Elisabeth Borne, interrogée par Anne-Sophie Lapix sur France 2.

20h09 : Bonsoir , les premiers concernés par la réforme des retraites seront ceux nés à partir du 1er septembre 1961, qui devront travailler trois mois supplémentaires. L’âge légal va ainsi progressivement augmenter, à raison d’un trimestre par année de naissance, jusqu’à atteindre 64 ans à partir de la génération 1968. La durée de cotisation sera quant à elle progressivement allongée jusqu’à 43 annuités en 2027, c’est-à-dire à partir de la génération 1965.

20h09 : Bonjour, à partir de quelle année de naissance la réforme s’appliquerait-elle?

20h06 : L’ensemble de la gauche appelle à rejoindre la mobilisation syndicale le 19 janvier.

20h08 : Elisabeth Borne est l’invitée du 20 heures de France 2, que vous pouvez suivre dans ce direct. Elle répondra aux questions d’Anne-Sophie Lapix au sujet de la réforme des retraites.

19h58 : Il est presque 20h, l’heure de faire un point sur l’actualité :

Elisabeth Borne a présenté la réforme des retraites du gouvernement, la sixième en 30 ans. Outre le recul progressif de l’âge légal de départ à 64 ans, Elisabeth Borne a annoncé que la durée de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein atteindra 43 annuités dès 2027, au lieu de 2035. Tous les détails ici.

Les syndicats annoncent une première journée de « grève et de manifestations » le 19 janvier contre la réforme du gouvernement. Suivez notre direct.

La droite « satisfaite », une « double punition » pour la gauche, Le Pen veut « faire barrage »… Les réactions politiques à la réforme du gouvernement pleuvent. Le détail dans ce papier.

• Les huit dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées dans le monde, rapporte le service européen Copernicus.

19h57 : Bonsoir @Lyne et @Yoya, les personnes en situation d’incapacité ou d’invalidité continueront de pouvoir partir à 62 ans à taux plein, a annoncé Elisabeth Borne. J’ajoute que les travailleurs handicapés pourront toujours partir à compter de 55 ans.

(FRANCEINFO)

19h56 : Les personnes en invalidité pourront elles toujours partir en retraite à taux plein à 62 ans ?

19h56 : Question pour les personnes en invalidité. Partiront ils à taux plein à 62 ans quel que soit le nombre de trimestres cotisés ?

19h52 : Bonsoir @Sébastien, si vous n’avez pas assez de trimestres validés au moment de votre âge légal de départ à la retraite, il vous faudra continuer de travailler jusqu’à avoir cotisé suffisamment pour bénéficier d’une retraite à taux plein, sans décote. Cependant, si à 67 ans vous n’avez toujours pas atteint le nombre de trimestres requis, vous pourrez partir en retraite avec une pension complète. C’est ce qu’on appelle l' »âge de départ à taux plein automatique » ou « âge d’annulation de la décote ». Le gouvernement s’est engagé à ne pas le modifier. Quoi qu’il arrive, vous n’aurez donc pas à travailler jusqu’à 70 ans pour partir avec une pension complète.

19h47 : Bonjour Sur mon compte retraite je pouvais partir à 62 ans et 6 mois. Mais si je souhaitais partir sans décote je devais partir à 67 ans ( taux plein)!!Je n ai jamais compris comment se déroulait les années supplémentaires à effectuer. Travail ? Retraite en attente d un taux plein à 67?? Alors à ce jour avec la possibilité de départ à 64 cela voudrait dire 70 ans à taux plein ????

19h34 : Bonsoir @Pommecanelle46, les régimes autonomes (professions libérales et avocats), ainsi que le régime des marins, de l’Opéra de Paris et de la Comédie française continueront d’exister. En revanche, les nouveaux embauchés à la RATP, dans les industries électriques et gazières (EDF, Engie, etc.), à la Banque de France, mais aussi les clercs de notaires et les membres du Conseil économique social et environnemental (CESE) seront désormais affiliés au régime général.

19h34 : Bonsoir FI ! Elisabeth Borne dit que les principaux régimes spéciaux vont disparaître ; quels sont donc ceux qui vont subsister?

19h43 : Bonsoir , si vous êtes né(e) en 1962, vous devrez travailler au moins jusqu’à 62 ans et six mois pour pouvoir partir en retraite, contre 62 ans actuellement. Soit six mois supplémentaires. Pensez par ailleurs à vérifier votre décompte de trimestres : pour bénéficier d’une retraite à taux plein, il vous faudra avoir cotisé 169 trimestres au cours de votre carrière, contre 168 trimestres selon les règles actuelles. Nous avons résumé dans ce tableau ce que la réforme va changer pour votre départ à la retraite.

19h24 : J’aurai 62 ans fin octobre 2024 avec tous mes trimestres. Avec ce projet, mon départ en retraite sera retardé de combien de mois ?

19h24 : Durée de cotisation, âge légal de départ, pénibilité ? Envoyez-moi vos questions sur la réforme des retraites et les annonces du gouverment, je tâcherai d’y répondre !

19h27 : « C’est le début d’une mobilisation, on verra le 19 au soir pour la suite », précise Laurent Berger, le patron de la CFDT, à l’issue d’une conférence de presse des syndicats.

19h25 : Les syndicats annoncent une première journée de « grève et de manifestations » le 19 janvier contre la réforme du gouvernement.

19h04 : « Cette présentation n’est pas un point final, nous sommes prêts à faire encore évoluer notre projet », a assuré Elisabeth Borne.

(FRANCEINFO)

19h04 : « Borne et Macron veulent nous faire travailler plus et gagner moins », a déploré sur Twitter Philippe Poutou, ex-candidat à la présidentielle du NPA.

19h03 : Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, sera l’invité de franceinfo demain matin. Après le « 8h30 franceinfo » avec Salhia Brakhlia et Marc Fauvelle, il répondra de 9h à 9h30 aux questions des auditeurs, téléspectateurs et internautes de franceinfo. Vous pouvez d’ors et déjà nous partager vos interrogations ici.

18h56 : Voici ce qu’il faut retenir des principales annonces sur la réforme des retraites :

• L’âge légal de départ sera progressivement reculé à 64 ans, d’ici à 2030, contre 62 ans actuellement.

• La durée de cotisation requise pour bénéficier d’une retraite à taux plein sera progressivement portée à 43 ans dès 2027.

• Les travailleurs en « carrière longue » pourront toujours bénéficier d’un départ anticipé, entre 58 et 62 ans.

• La réforme actera l’extinction des principaux régimes spéciaux.

• La pension minimale sera portée à 1 200 euros brut pour les retraités.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :