Tchad: un accord consacrant la paix dans la localité de Miski, dans le nord du pays

Publié le : 10/01/2023 – 16:50

Au Tchad, la présidence de transition et le Comité d’autodéfense de Miski, une petite localité de la province du Tibesti, située dans le nord du Tchad, viennent d’annoncer la signature d’un accord, qui consacre définitivement la paix dans cette partie du pays, où des tensions subsistaient malgré la signature d’un premier accord en novembre 2019.

Publicité

Un premier accord de paix, signé en novembre 2019 entre le gouvernement d’Idriss Deby Itno, aujourd’hui défunt, et le Comité d’autodéfense de Miski, avait permis de mettre fin à une année d’affrontements entre les deux parties.

Mais plusieurs revendications majeures du Comité n’avaient pas alors trouvé satisfaction, dont la question de l’exploitation des gisements d’or, à l’origine de l’insurrection des habitants du coin.

La paix avait tenu, mais les tensions commençaient à monter depuis plus d’une année, ce qui a sans doute poussé le gouvernement de transition de Mahamat Idriss Déby à lâcher du lest, avec l’annulation de l’ordonnance qui rattachait le département de Yebbi-Bou à la province du Borkou, il y a près d’une année, ou encore la destitution d’un chef de canton qui faisait polémique il y a une dizaine de jours.

L’épineuse question de l’exploitation minière

Restait pratiquement à régler l’épineuse question de l’exploitation minière. Des négociations sous les auspices d’un facilitateur libyen, Hassan Moussa, entre le nouveau directeur de cabinet du président de transition, Idriss Youssouf Boy, et le Comité d’autodéfense de Miski, ont eu lieu à Miski pendant le week-end.

« Un accord qui scelle définitivement la paix dans cette partie du Tchad a été signée dimanche », s’est réjoui auprès de RFI le nouveau-porte-parole de la présidence, Mahamat Brah. Et sa mise en application a commencé tout de suite, a-t-il poursuivi.

Déjà, le ministre en charge des Mines a signé dès hier des textes qui suspendent les activités des 9 sociétés minières autorisées et de l’orpaillage, et qui demandent le déguerpissement des milliers d’orpailleurs clandestins qui sévissent dans tout le secteur.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :