Vuelta 2023 : col du Tourmalet, dix arrivées au sommet, deux chronos… Ce qu’il faut savoir sur le parcours de la 78e édition du Tour d’Espagne

La Vuelta va traverser trois pays avec l’Espagne, la France et Andorre durant les trois semaines de course à la fin de l’été prochain.

L’Angliru, le Tourmalet, Arinsal… Le parcours du Tour d’Espagne 2023, qui partira pour la deuxième fois de l’histoire de Barcelone le 26 août pour s’achever à Madrid le 17 septembre, sera rythmé par l’ascension de colosses des Pyrénées et des Asturies, ont révélé les organisateurs, mardi 10 janvier.

Réputée pour ses pentes effroyables, et ses arrivées explosives, la boucle espagnole proposera encore cette année une édition au relief marqué avec la découverte de nombreux nouveaux cols et traversera trois pays : l’Espagne, l’Andorre et la France.

« La montagne fait partie de l’ADN de la Vuelta et nous fera encore vibrer en 2023« , a assuré Javier Guillén, le directeur de la Vuelta, lors de la présentation du tracé mardi au Palais de la musique catalane de Barcelone. Après un contre-la-montre par équipes en guise de départ dans les rues barcelonaises et une deuxième étape qui s’achèvera aussi dans la capitale catalane, le peloton se mettra en danseuse dès la troisième étape, qui mènera les coureurs en Andorre avec une arrivée inédite à la station de ski d’Arinsal. La première des dix arrivées au sommet de cette édition montagneuse.

Après un retour par la Catalogne puis la région de Valence, le peloton retrouvera la montagne lors de la sixième étape, qui finira pour la deuxième fois de l’histoire du Tour d’Espagne au sommet du Javalambre. Après une première journée de repos, la deuxième semaine commencera par un chrono individuel plat qui plaira aux spécialistes dans les rues de Valladolid, puis se dirigera vers les Pyrénées.

Trois jours plus tard, la 13e étape emmènera le peloton en France, avec un départ à la station de ski de Formigal, tout près de la frontière, et une arrivée inédite au sommet du légendaire col du Tourmalet, avec ses 17 kilomètres de montée à 7,4% de moyenne. « Arriver au Tourmalet sera un jalon dans l’histoire de notre course« , a affirmé Guillén mardi. Le lendemain, les coureurs retraverseront les Pyrénées pour retourner en Espagne, avec deux autres cols hors-catégorie et une arrivée inédite au Port de Belagua (1re catégorie).

En longeant la côte Cantabrique, dans le nord de l’Espagne, le peloton arrivera dans les Asturies à la 17e étape, avec une arrivée prometteuse à l’Angliru, l’un des sommets les plus mythiques de la boucle espagnole. Précédée de deux cols de 1re catégorie, cette redoutable ascension, avec ses 12 kilomètres à 10% (et des rampes allant jusqu’à 23% !) pourrait être l’arbitre de l’édition 2023, après une Vuelta 2022 remportée par le jeune Belge Remco Evenepoel, intraitable sur les deux dernières semaines de course, qui a mis fin au règne de Primoz Roglic, vainqueur des trois précédentes éditions. L’avant-dernière étape n’aura rien d’une promenade : avec ses dix cols de troisième catégorie et un profil de classique, cette 20e étape casse-pattes servira à creuser les derniers écarts… Ou à créer les dernières surprises, avant la traditionnelle arrivée à Madrid.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :