Climat : la COP28 sera présidée par le PDG de la compagnie pétrolière des Emirats arabes unis

La désignation de Sultan Al Jaber fait grincer des dents parmi les experts du climat.

Article rédigé par

France Télévisions

Publié le 12/01/2023 09:33 Mis à jour le 12/01/2023 09:39

Temps de lecture : 1 min.

La rumeur courait, elle est désormais tout à fait officielle. C’est bien le PDG de la compagnie nationale pétrolière des Emirats arabes unis qui présidera la COP 28 qui se tiendra dans ce pays en fin d’année. Sultan Ahmed al-Jaber, qui est aussi ministre de l’Industrie en plus d’être le chef du géant pétrolier de la Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC), a été « désigné » président de la 28e Conférence des Parties, a rapporté, jeudi 12 janvier, l’agence de presse officielle WAM. 

Cité dans le communiqué, Sultan Ahmed al-Jaber promet d’« apporter une approche pragmatique, réaliste et axée sur les solutions ». Celui qui dirige la compagnie pétrolière nationale depuis 2016, tient à rappeler qu’il est le « premier PDG à présider une COP ».

Cette nomination fait grincer des dents et suscite l’incrédulité. « Comment voulez-vous que les enseignants puissent développer chez leurs élèves l’esprit critique et le recul vis-à-vis des fake news, du canular et du second degré, lorsque l’actualité dépasse chaque jour un peu plus l’inventivité du Gorafi ? », ironise sur Twitter Magali Reghazza, géographe et spécialiste des inondations.

En ouverture d’une conférence pétrolière en 2021, rappelle Le Monde, Sultan Al Jaber insistait par exemple pour « investir 600 milliards de dollars tous les ans dans le pétrole jusqu’en 2030, pour satisfaire la demande énergétique mondiale ».

Les Emirats arabes unis, qui figurent parmi les principaux exportateurs de pétrole au monde, restent le sixième émetteur de CO2 (22 tonnes par habitant). Le pays, qui plaide pour une sortie progressive des hydrocarbures, s’est engagé à atteindre la neutralité carbone en 2050. « L’action climatique est une immense opportunité économique d’investissement dans la croissance durable. Le financement est la clé », a rappelé Sultan Ahmed al-Jaber.


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :