Extrême-Orient russe: en raison des sanctions, moins de vols à l’intérieur du Primorié

Publié le : 12/01/2023 – 18:39

Après le 24 février et le début de « l’opération militaire spéciale en Ukraine », comme dit le Kremlin, les sanctions dans le secteur aérien avaient fait partie des toutes premières prises par les Occidentaux. Voici leur première conséquence, relayée par le journal russe RBK : certains vols à l’intérieur d’une région importante de l’Extrême-Orient vont être de plus en plus réduits.

Publicité

De notre correspondant à Moscou,

Ce sont des avions canadiens achetés en 2014, qui n’ont toujours pas d’équivalent dans l’industrie aéronautique russe. Les DH.6 sont essentiels dans une des régions les plus éloignées de la capitale, à sept fuseaux horaires.

Le Primorié, en Extrême-Orient, est une région immense qui s’étend sur tout le littoral oriental de la Sibérie, de l’océan Arctique à la frontière coréenne.

Capitale : Vladivostok. Mais le Primorié, ce sont aussi des destinations éloignées et difficiles d’accès, comme Sakhaline et Tchoukotka.

Sauf que les moteurs des appareils qui les reliaient jusqu’ici ont désormais des problèmes techniques. Et comme les sanctions induisent qu’il n’y a plus de réparations, plus de nouveaux composants, plus aucun support en général, il peut devenir très dangereux de les faire voler.

Quant aux appareils de remplacement en construction, comme le Russe baptisé « Baïkal », c’est long : la région estime avoir besoin de six modèles d’ici à 2024. Ce sera 2030, a répondu l’usine.

En attendant de trouver une société capable de réparer, on économise. Le nombre de vols a déjà été réduit de moitié.

►À relire : Russie : quelques signes pouvant témoigner d’une détérioration économique


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :