Carburant : « On a un mois de stock » selon Francis Pousse, le président des stations-service et énergies nouvelles chez Mobilians

Face à l’annonce de grèves dans les raffineries contre la réforme des retraites, le président des stations-service et énergies nouvelles chez Mobilians annonce qu’il existe un mois de stock de carburant.

Article rédigé par

Radio France

Publié le 13/01/2023 15:16 Mis à jour le 13/01/2023 15:34

Temps de lecture : 1 min.

Face à l’annonce de grèves dans les raffineries contre la réforme des retraites. « On a un mois de stock », estime Francis Pousse, le président des stations-service et énergies nouvelles de Mobilians, syndicat professionnel qui représente 5 800 stations traditionnelles. Il était l’invité de l’émission Ma France ce vendredi sur France Bleu et ne craint pas le mouvement social et les grèves contre la réforme des retraites.

Le syndicat CGT de la branche pétrole appelle à 24 heures de grève le 19 janvier, 48 heures de grève le 26 janvier, puis 72 heures le 6 février. « Si nécessaire, dit le syndicat, avec l’arrêt des installations de raffinage ». Cela va entraîner des « baisses de débits » et des arrêts dans l’expédition de carburants. Mais pas de quoi inquiéter pour l’instant les distributeurs de carburants. « En-dehors des capacités de dépôts des raffineries, affirme Francis Pousse. Il y a 200 dépôts disséminés sur le territoire français. Les stocks sont relativement importants ».

Ce matin, invitée sur franceinfo, la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher avait déjà assuré que ces mouvements « ne tiendront qu’une journée ». « On n’est pas du tout dans la situation de l’automne dernier », a-t-elle affirmé citant avec les grèves menées dans des dépôts pétroliers et des raffineries.

Les stocks ont été reconstitués selon le président national de Mobilians. « Après cette crise d’octobre, on a eu de multiples réunions de façon à optimiser au mieux la logistique pétrolière, relate Francis Pousse. L’ensemble des stocks stratégiques a été reconditionné et une raffinerie ne s’arrête pas non plus en une journée ou en deux jours. Nous avons virtuellement un mois de stock de carburant. »

Il appelle toutefois à ne pas céder au « plein de précaution ». « On a l’habitude de ces périodes-là, explique Francis Pousse. Donc oui, on renforce nos stocks. J’appelle encore une fois la population au calme parce que ce sont ceux qui vont faire un plein [de carburant] par précaution qui vont nous mettre à mal plus rapidement que prévu. Je comprends l’inquiétude, mais le but est que justement, nous ayons du carburant pour tout le monde, en particulier pour les gens qui travaillent ».


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :