Retraites : les non-dits de la réforme

Réservé aux abonnés

LES CARNETS DU DIMANCHE. Le projet est plus vertueux que juste. La droite le votera, mais, pour convaincre les Français, Macron et Borne devraient changer de discours.

Par

Temps de lecture : 8 min

On a tort de reprocher à Emmanuel Macron de n’avoir pas fait la réforme des retraites au début de son premier mandat. C’est oublier qu’il ne l’avait pas inscrite dans son programme de candidat ; en déclenchant l’opération par surprise, il se serait donc heurté à un déficit de légitimité – le seul déficit qui, en France, effraie les gouvernants. Du reste, quand il a fini par tenter le coup, l’affaire s’est terminée en eau de boudin.

On a également tort, d’ailleurs, de croire que l’épidémie de Covid fut responsable du fiasco de 2020. En réalité, la réforme première version, conçue par Macron sur une idée de la CFDT et boutiquée par Jean-Paul Delevoye (la fameuse « retraite par points » avec « âge pivot »), était incompréhensible en dessous du niveau bac + 14 et sans doute inapplicable. Rai…

Je m’abonne


Continuer à lire sur le site d’origine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :