A la Une

Brésil : la police annonce avoir identifié « le cerveau » derrière le meurtre d’un journaliste et d’un spécialiste de l’Amazonie

Ruben da Silva Villar, alias « Colombia », est accusé d’avoir ordonné l’assassinat des deux hommes qui préparaient un livre sur la protection de la forêt.

Le journaliste britannique Dom Phillips, 57 ans, et l’expert brésilien Bruno Pereira, 41 ans, faisaient des recherches pour leur livre Comment sauver l’Amazonie quand ils ont disparu en juin 2022 dans une zone reculée de la forêt amazonienne. Sept mois après la découverte des dépouilles des deux hommes, la police brésilienne a annoncé, lundi 23 janvier, avoir réuni des « preuves solides » permettant d’identifier le commanditaire de ce double meurtre.

La police fédérale (PF), dont l’enquête est « pratiquement close », a conclu que Ruben da Silva Villar, alias « Colombia », a ordonné leurs assassinats. « Les enquêtes sont en phase finale et nous avons de fortes indications qui désignent Colombia comme le cerveau de ces crimes », a déclaré le chef de la PF de l’Etat d’Amazonas, Eduardo Fontes, lors d’une conférence de presse.

En détention depuis décembre, Ruben da Silva Villar est soupçonné de diriger une organisation criminelle de pêche illégale dans la vallée de Javari, où ont été commis les crimes. Cette vaste étendue de jungle, isolée aux frontières du Brésil avec le Pérou et la Colombie, est en proie à une recrudescence des activités de pêche illégale, d’exploitation forestière et minière, et de trafic de drogue.

Expert des peuples de la forêt amazonienne, Bruno Pereira, luttait contre la pêche illégale dans la réserve indigène de cette vallée qui compte la plus grande concentration de tribus qui ne sont jamais entrées en contact avec le reste du monde. « Le contrôle de la pêche illégale qui était exercé par Bruno a porté un grand préjudice au groupe criminel », a expliqué le chef de la police d’Amazonas.

Les chefs indigènes qui coopéraient avec Bruno Pereira accusaient déjà formellement « Colombia » d’avoir ordonné la mort de l’expert brésilien pour avoir organisé des patrouilles indigènes qui ont saisi des cargaisons de pêche illégale. En plus de « Colombia », « trois hommes sont également sous les verrous« , accusés d’avoir pris part au double meurtre ou aidé à la dissimulation des corps.

Arrêté une première fois en juillet et placé en détention, « Colombia » avait été libéré sous caution en octobre. Mais la justice fédérale avait ordonné son retour derrière les barreaux pour non-respect des ses obligations d’assignation à résidence. 


Continuer à lire sur le site France Info