Publicités

Une nouvelle stratégie de développement pour le Mobilier national et ses manufactures

À l’occasion du lancement des Journées européennes du patrimoine consacrées à l’art du partage, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, a choisi de se rendre au Mobilier national, ouvert pour la toute première fois, et de rendre publique la lettre de mission qu’elle a adressée à son nouveau directeur Hervé Lemoine.

Le Mobilier national est l’héritier du Garde-meuble de la Couronne créé au XVIIe siècle. Depuis lors, cette institution n’a eu de cesse de contribuer à la décoration des palais nationaux et des ambassades, contribuant ainsi au rayonnement et au prestige des métiers d’art et de l’art de vivre français. Aujourd’hui, encore, il sollicite des designers et des artistes pour créer du mobilier, des tapisseries des Gobelins et de Beauvais et des tapis de la savonnerie. Avec ses ateliers de restauration, ses manufactures et ses ateliers de dentelles du Puy et d’Alençon, dont la technique est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, le Mobilier national est une institution unique au monde et le conservatoire vivant de nombreux métiers d’art.

Françoise Nyssen appelle de ses vœux la rédaction et la mise en œuvre d’un projet ambitieux et fédérateur afin que le Mobilier national, comme l’avait souhaité André Malraux, soutienne les métiers d’art et aide les jeunes créateurs. La ministre souhaite réinscrire les missions du Mobilier national dans le siècle, afin d’en faire un instrument de sa politique en faveur des métiers d’art et de la création contemporaine dans les arts décoratifs et le design. Hervé Lemoine remettra avant la fin de l’année des propositions concrètes à la ministre pour atteindre ces objectifs.

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :