Publicités

Les Projos de Greta : On achève bien les films

La plupart des films s’interrompent lorsque l’histoire est terminée, mais certains prennent tout leur sens durant les dernières minutes ou même les dernières secondes : si vous ratez la fin, vous n’avez pas vu le film. On les appelle les films « à chute » mais ce principe, bien qu’affectionné par le genre de la comédie, peut tout aussi bien se marier au drame, au thriller, au film historique…

L’issue arrive, inattendue, et vous vous repassez le film, qui s’éclaire d’un jour nouveau : tout ce que vous croyiez avoir vu était autre… Tout s’explique, la boucle est bouclée, et vous, spectateurs, faites partie des initiés… À présent vous mourrez d’envie de parler de ce film, que d’autres le voient… Mais surtout, je vous en conjure, ne racontez pas la fin !

— “Protagoniste“ de Yurok Jang (7’05) 

— “Threesome“ de Matthieu Moerlen (10’) 

— “La séance“ d’Edouard de la Poëze (12’) 

— “La tête de l’emploi“ de Wilfried Meance (8’) 

— “Nikon ni soumise“ de NiKO (2’)

— “Trahi“ de Nicolas Hek (12’56) 

— “Brouillon“ de JP Girardot (21’) 

— “Envers moi“ de Paul Saint Hesse (2’20) 

— “No comment“ de Nicolas Réau (5’) 

Séance ponctuée de débats avec les équipes des films


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :