Publicités

Réécoutez les 10 BO cultes d’Ennio Morricone

Le célèbre compositeur italien fête ses 90 ans aujourd’hui.

Buon compleanno, Ennio Morricone ! Le maître italien de la musique de films fête aujourd’hui ses 90 ans. En presque 60 ans de carrière, Morricone a composé plus de 500 musiques pour le cinéma et la télévision. Sergio Leone, Brian De Palma et Quentin Tarantino font partie des nombreux cinéastes à avoir fait appel à lui. Certaines de ses mélodies font partie des plus célèbres du 7ème art. Retour sur dix bandes originales cultes du maestro.

Pour une poignée de dollars (1964) de Sergio Leone

Première collaboration avec le réalisateur Sergio Leone, premier coup de génie. Mélodie entêtante sifflée, chœurs exaltés, guitare électrique sautillante … La patte Morricone est née.

Et pour quelques dollars de plus (1965) de Sergio Leone

Pour la bande originale du film Et pour quelques dollars de plus, Ennio Morricone reprend les ingrédients du premier opus de la “Trilogie du dollar” en y ajoutant un instrument peu connu, la guimbarde. Henry Fonda en joue dans Vers sa destinée, le film de John Ford sur Abraham Lincoln. Doit-on y voir un clin d’œil ?

Le Bon, la Brute et le Truand (1966) de Sergio Leone

“Ah haha haha … Ouin ouin ouiiiin …” Au fil des ans, ces quelques onomatopées ont fini par incarner à eux seuls le genre du western. L’un des thèmes les plus emblématiques du maestro, à la fois épique et comique.

“The Ectasy of Gold” fait partie des autres airs célébrissimes du film Le Bon, la Brute et le Truand.  

Il était une fois dans l’Ouest (1968) de Sergio Leone

Vous ne savez comment meubler un dialogue ? Vous n’avez qu’à mettre un harmonica entre les mains de Charles Bronson ! “L’Homme à l’harmonica” est devenu avec les années un incontournable du répertoire des harmonicistes.

Le thème principal d’Il était une fois dans l’Ouest prouve qu’Ennio Morricone était également capable de signer des mélodies d’une beauté éblouissante, proche d’un lied romantique.

Sacco et Vanzetti (1971) de Giuliano Montaldo

La bande originale de Sacco et Vanzetti est passée à la postérité grâce à la chanson “Here’s To You, Nicolas and Bart”. La musique a été composée par Ennio Morricone, les paroles signées par la chanteuse Joan Baez, qui interprète également la chanson.

 

Mon nom est personne (1973) de Tonino Valerii

On a du mal à s’imaginer dans un western à l’écoute du thème principal de Mon nom est Personne, qui rappelle davantage la musique de Vladimir Cosma que la bande son du grand Ouest ! Sa mélodie légère interprétée à la flûte offre un contraste étonnant avec l’univers visuel du film.

Le Professionnel (1981) de Georges Lautner

“Chi Mai”, le thème principal du Professionnel, fait partie avec la musique du Mépris de Georges Delerue des plus belles B.O. du cinéma français. La partition s’inspirerait de l’Adagio du Concerto pour clavecin en ré mineur composé par Jean-Sébastien Bach.

La chanson est notamment célèbre pour avoir été utilisée dans la pub pour Royal Canin en 1986 – pub que les Nuls parodient dans avec leur fausse pub “Royal Rabbin” !

Mission (1986) de Roland Joffé

Pour ceux qui ont vu Mission, le film de Roland Joffé, les paysages d’Amérique du Sud sont désormais inséparables du très bel air de hautbois composé par Morricone. La bande-originale de Mission lui a d’ailleurs valu un Golden Globe et un BAFTA.

Les Incorruptibles (1987) de Brian De Palma

Pour Les Incorruptibles, Ennio Morricone retrouve l’harmonica – l’un de ses instruments de prédilection -, auquel il ajoute une batterie jazzy et un motif mélodique paniqué à la Bernard Hermann, compositeur fétiche d’Alfred Hitchcock. La bande-originale des Incorruptibles remporta le Grammy Awards de la meilleure musique de film en 1988.

Cinema Paradiso (1991) de Giuseppe Tornatore

Hymne au cinéma, Cinema Paradiso reste dans les mémoires pour la prestation émouvante de Michel Serrault et la belle partition composée par le Maestro, qui valut à Ennio Morricone son cinquième BAFTA.

BONUS : The Thing (1982) de John Carpenter

La musique de The Thing est souvent attribuée à John Carpenter – à tort. Si le réalisateur américain a composé lui-même les bande-originales de la grande majorité de ses films, celle de The Thing est l’œuvre d’Ennio Morricone. C’est l’une des rares BO où le Maestro utilise des synthétiseurs.


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :