Publicités

Vers une diminution des méchants de cinéma avec des cicatrices

Le British Film Institute ne financera plus ce type de films.

Le British Film Institute (BFI) a décidé de ne plus financer les films où les méchants auront des cicatrices sur le visage. L’idée est de lutter contre les discrimination qui touchent souvent les personnes avec des stigmates visibles : « Le cinéma est un catalyseur de changement et c’est pourquoi nous nous engageons à ne plus montrer de représentation négatives des cicatrices ou des différences faciales dans les films que nous finançons », a assuré au Telegraph Ben Roberts, directeur général adjoint du British Film Institute.

Le BFI soutient la campagne #IamNotYourVillain, lancée par l’association Changing Faces. « L’industrie du cinéma a l’énorme pouvoir d’influencer le public au sujet de la diversité, et pourtant les films utilisent trop souvent les cicatrices et les apparences différentes pour illustrer la méchanceté », assure Becky Hewitt, directrice de Changing Faces. Dark Vador, Scar du Roi Lion, le Joker… Les exemples sont effectivement multiples. « Il est particulièrement inquiétant de voir que les enfants ne font pas cette association tant qu’ils ne sont pas exposés à des films qui influencent négativement leur attitude envers des gens défigurés ».

Pour montrer son engagement, le BFI a également annoncé qu’il financerait le film Dirty God, un drame sur une femme qui tente de se reconstruire après avoir été attaquée avec de l’acide. L’actrice principale sera Vicky Knight, elle-même victime de graves brûlures. 


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :