Netflix commande la suite du film d’animation Le Monstre des mers

La plateforme retrouve aussi le réalisateur Chris Williams (Les Nouveaux héros) pour un nouveau film d’animation fantasy.

Cette année, Netflix et le cinéma d’animation ont eu des hauts et des bas. Le Pinocchio de Guillermo del Toro a reçu d’excellentes critiques, Wendell & Wild, conçu par Henry Selick et Jordan Peele a intrigué le public et Le Monstre des mers est devenu le plus gros succès animé de la plateforme en restant dans le top 10 durant plusieurs semaines depuis sa mise en ligne en juillet dernier. Mais en parallèle, le service de streaming a réduit son service consacré aux films d’animation, licenciant Phyl Rynda, son directeur de la création dédié à ce type de cinéma en particulier, en avril 2022. Cette annonce choc faisait suite à une perte d’abonnés de 200 000 comptes environ, une première depuis 10 ans pour le studio.

Après une perte de 200 000 abonnés, Netflix annule des projets d’animation

Dans ce contexte, apprendre par The Hollywood Reporter que Le Monstre des mers aura une suite est une bonne nouvelle. Mieux, son créateur, Chris Williams, va refaire équipe avec les producteurs de la plateforme au N rouge pour un autre projet, toujours animé. « Je leur ai pitché une histoire originale de fantasy, détaille-t-il. Ce sera similaire au Monstre des mers dans le sens où je veux créer un monde complètement cohérent. Dans le ton, ce sera entre Le Seigneur des Anneaux et Princess Bride. Game of Thrones et Lord of the Rings sont des exemples en matière de comment démarrer une histoire, et de comment construire un monde un monde immense où de nombreux événements se déroulant en dehors de l’intrigue principale peuvent être racontés. (En plus de cette inspiration), on veut aussi s’amuser avec les conventions du genre, à la manière de Princess Bride. Ce ne sera pas une parodie, on ne voudra pas se moquer de la fantasy, mais plutôt apporter une nouvelle perspective rafraichissante. »

The Sea Beast, le film d'animation de Netflix entre Dragons, Vaiana et Pirates des Caraïbes
Netflix

Avant de signer avec Netflix pour y concevoir The Sea Beast, son premier film d’animation réalisé en solo, Chris Williams avait fait carrière chez Disney. 25 ans en tant qu’animateur et co-metteur en scène, notamment sur Les Nouveaux héros et Vaiana, qui ont été acclamés par la critique. Une expérience solide qui lui a permis de développer cette histoire entre Dragons, Mody Dick et Pirates des Caraïbes, remplie de kaijus des mers. L’intéressé explique que ses boss lui ont proposé de continuer l’aventure avant même que son film ne soit diffusé : « Nous venions de finir le montage, nous étions en post-production quand ils ont commencé à me parler de collaborer à nouveau ensemble pour la suite, ainsi que sur un autre projet. C’était cool de leur part de me faire savoir qu’ils voulaient que je reste. Je me suis senti vraiment soutenu pendant toute la fabrication du Monstre des mers, même si c’était un film ambitieux. Il représentait un investissement financier conséquent pour eux, un risque, mais ils m’ont toujours laissé faire le film que j’avais en tête. J’ai toujours écouté les avis des autres, mais ils ne m’ont jamais forcé la main. Ils m’ont laissé les commandes du film que je voulais faire. J’ai vraiment apprécié cela et c’est pour ça que j’ai voulu renouveler l’expérience. »

L’histoire du Monstre des mers n’appelait pas forcément de suite : l’intrigue du premier film était bouclée, sans forcément teaser d’éléments à développer, mais son monde étant effectivement riche, il semblait possible que ses créateurs en aient gardé sous le coude pour pouvoir étendre cet univers en cas de succès. « Je n’ai jamais vu au-delà du premier film, on ne prévoyait pas une série, reconnaît Williams. Pour nous, on avait fini, c’était bon. Je voulais simplement que ce soit une expérience fun, sans compromis pour essayer de préparer de futurs éléments. Notre priorité avec ce premier film, c’était de le rendre plausible, réaliste. Quand j’ai pensé à la fin, j’ai trouvé que tout rentrait bien dans l’ordre. (attention, spoilers !) Vous avez ce père et sa fille qui sont assis sur le dock, le monde a changé, ils ont abandonné la chasse aux monstres, c’est pas génial ? Mais plus j’y repensais ensuite, plus je réalisais que l’histoire n’était pas tout à fait finie… »

Alors de quoi parlera The Sea Beast 2 ? D’après son créateur, il sera parfaitement dans la continuité du premier (qu’il vaut mieux avoir vu avant de lire la suite) : « Premièrement, je réfléchis à cette toute nouvelle famille qui réunit Jacob et Masie. D’un seul coup, Jacob est parent, et d’un enfant particulièrement plein de vie, vous voyez ? Quand on les laisse sur le dock, on sait bien que ce n’est pas seulement à ça que se limite le fait d’élever un enfant. C’est beaucoup plus bordélique en vrai, plus compliqué que ça. Cette idée du challenge que représente la famille m’a semblée intéressante. Et je me suis aussi demandé comment chaque chasseur du monde allait réagir, allaient-ils abandonner aussi facilement leur gagne pain et leur identité ? Je crois que là aussi, il y a encore des choses à raconter. (Red reviendra-t-il ?) Peut-être ? Tout ce que je peux dire, c’est qu’une histoire ne cesse d’évoluer. Même en termes dramatiques. Le Monstre des mers s’appelait Jacob and the Sea Beast avant que le personnage de Masie existe. Et il est passé ensuite par une transformation radicale. Tout ce que je dis aujourd’hui peut changer d’ici quatre ans. (…) Je développe activement ces deux projets. Ce n’était pas prévu, mais ça arrive comme ça, et les producteurs me laisseront décider lequel je veux boucler en premier. Pour l’instant, j’explore en parallèle ces deux univers, j’écris les grandes lignes, je pitche des idées, j’en parle à Owen Sullivan (qui est à la tête des scénaristes de The Sea Beast, ndlr), qui va diriger le prochain, et aussi à Jed Schlander (producteur du premier film). »


Continuer à lire sur le site d’origine

%d blogueurs aiment cette page :