Publicités

Caballero & JeanJass, ça plane pour eux

Le duo belge Caballero & JeanJass. © DR

Durant tout l’été sur la route des festivals, Caballero & JeanJass portent haut l’étendard d’un hip hop belge en pleine explosion. Avec un art consommé de l’ego trip, ces trentenaires à l’humour absurde passent du rap à l’ancienne à l’autotune. Passionné de cuisine et de marijuana, ils sont aussi les animateurs d’une émission discutée High & fines herbes, qui leur permet de cultiver leur image sur YouTube. 

Ce jour-là au pied de la mairie de Paris, Caballero & JeanJass jouent en toute fin d’après-midi. Mais le public de grands adolescents a déjà la plupart de ses refrains au bout des lèvres. Ces diables habillés de rouge ne sont pas l’une des têtes d’affiche du Fnac Live et d’une saison des festivals bien remplie, plutôt des valeurs montantes. Le Bruxellois d’origine espagnole, Artur Caballero, et le Belgo-Marocain venu de Charleroi, Jassim Ramdani, alias JeanJass, forment un duo parmi les plus en vue du rap belge.

Les “tontons” de Roméo Elvis

Sur la pochette de leur album Double Hélice 3 arrivé en début d’été, les deux trentenaires sont déguisés en astronautes, chaînes en toc autour du cou et grosses lunettes vissées sur le nez. Cette image parodique situe assez bien les auteurs de la chanson Incroyaux, très portés sur l’humour absurde. S’ils évoquent pêle-mêle le foot, la sape, ils se désolent deux punchlines plus loin… du sort réservé aux migrants. Caballero et son acolyte disent tout aussi sérieusement que “la vie, c’est vraiment beau”. 

“Larguer une bombe sur un village / C’est dégueulasse, ouais, c’est dégueulasse / Larguer sa meuf par SMS, c’est dégueulasse / C’est vraiment dégueulasse (c’est vraiment dégueulasse) / Tu voulais manger sain et tu finis au Mc Do / Ouais, c’est dégueulasse / J’reste à la maison, dehors, fait dégueulasse / Ouais, fait dégueulasse (fait dégueulasse)”, dit la bien nommée… Dégueulasse. Après Disiz ou Orelsan, “Caba & JJ” pour les intimes ont été parmi les rares à faire sortir Stromae de sa semi-retraite, puisque c’est lui qui a composé l’instru de ce titre. 

Sur le fond, nos compères “chillent” plus qu’ils ne racontent des histoires. Alors qu’ils ont longtemps évolué dans une veine plus jazzy, le troisième épisode de la trilogie Double Hélice marque un changement de cap très net. Les productions sont plutôt électroniques et on y trouve aussi beaucoup plus de rap autotuné. Invitant Roméo Elvis, qui les appelle “tonton”, Hamza ou Krisy, c’est une sorte de rendez-vous avec “la famille” belge. 

Cuisine et culture de la Marie-Jeanne

Dans un monde du rap où les vidéos sur YouTube ont pris beaucoup d’importance, Caballero & JeanJass est un cas d’école. L’un fumant de la marijuana sans modération – chose interdite par la loi, en France -, l’autre étant un fondu de cuisine, ils animent l’émission High & fines herbes. Ce programme de moins de dix minutes enchaîne les moments passés à fumer des joints et des recettes de cuisine faciles au cannabis ; il est diffusé depuis l’Angleterre sur une chaîne de télévision câblée. 

S’il ferait passer les ganja tunes, les chansons à fumer du reggae pour des bluettes, les rappeurs belges s’en défendent. “On s’est inspiré des shows à l’anglo-saxonne. Mais on ne fait ni la pub, ni l’apologie de l’herbe. Au contraire, ça peut amener les jeunes à en discuter avec leurs parents et les préserver de choses plus graves. Nous, on est pour la transparence”, assuraient-ils au journal Le Parisien1.  Autour d’une pizza et des brochettes de kefta faites “maison”, le débat est ouvert. 

1Michaël Zoltobroda, Cannabis : l’émission High & fines herbes va mettre en pétard le CSA, Le Parisien, 18 avril 2018. 

Caballero & JeanJass Double Hélice 3 (Polydor) 2018

Page Facebook de JeanJass
Page Facebook de Caballero


Continuer à lire sur le site France Info

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :