Le Star Feminine Band du Bénin fait rimer jeunesse et sagesse

Star Feminine Band © A. Balaguemon

Âgées de douze à dix-huit ans, les sept Béninoises du Star Feminine Band rappellent que le temps des orchestres n’est pas tout à fait révolu, et qu’il existe une alternative musicale au modèle féminin qui prévaut aujourd’hui, incarné en Afrique par la Nigériane Yemi Alade. Parallèlement à leur première tournée européenne qui passe par de nombreux festivals renommés, elles sortent un deuxième album intitulé In Paris.

Au moment où l’histoire des Amazones du Dahomey, ces guerrières qui ont combattu les colons au XIXe siècle, est portée à l’écran par Hollywood avec The Woman King, un autre collectif 100% féminin du même pays fait sensation depuis peu sur la scène internationale : le Star Feminine Band. “Statistiquement, c’était improbable”, souligne d’emblée Jean-Baptiste Guillot, à la tête du label français Born Bad Records qui soutient l’aventure audacieuse de ces sept jeunes filles du Nord du Bénin, réunies par le musicien André Balaguémon après un appel lancé sur une radio locale en 2016 pour monter un groupe. Son idée : valoriser la condition féminine par la musique.

L’an dernier, en décembre, ses pensionnaires – tous vivent dans une même maison, tant pour garantir leur scolarité qu’écarter les pressions familiales et travailler leurs instruments – ont enfin pu se produire en France, cinq ans à peine après avoir débuté à la guitare, à la basse, à la batterie, aux claviers, qui leur étaient totalement inconnus, elles qui sont pour la plupart originaires d’ethnies vivant dans l’isolement au sein du parc national de la Pendjari.

Elles en ont profité pour donner une suite à un premier album fait in situ. Cette fois, elles sont allées dans un studio de la banlieue parisienne, ont découvert d’autres techniques, se sont adaptées à jouer au casque, au clic… bien loin de leurs habitudes dans cette salle du rez-de-chaussée du musée de Natitingou où elles répètent !

Des sujets de société abordés de front

Pour le patron de Born Bad, le Star Feminine Band “n’est jamais qu’un groupe de garage, un peu bancal, avec une telle détermination et une telle sincérité que c’est extrêmement frais et assez jubilatoire”, le considérant “en phase avec plein de groupes rock’n’roll bas du front” présents sur son label. Mais plus concrètement, le répertoire du septet qui figure sur In Paris a bien les couleurs du continent dont il est originaire, avec ses sonorités balafon, ses coups d’accélérateurs soudains dont on devine l’effet qu’ils ont en termes de danse, ses influences congolaises à la guitare, ses arrangements qui ont l’air par moments sortis tout droit du passé d’un certain type de variété africaine. Le tout porté par des voix d’enfants, l’une d’entre elles étant celle de la batteuse âgée de 12 ans qui a pour prénom… Angélique. Impossible de ne pas y voir une référence à la star du pays, Angélique Kidjo, qui suit de près le groupe, elle dont la Fondation Batonga a justement pour but de soutenir l’éducation des jeunes filles.

Composés jusqu’ici essentiellement par André Balaguémon, les dix nouveaux morceaux écrits de façon collective servent explicitement les causes que défend le Star Feminine Band, qu’il s’agisse d’Excision, de Droit de l’enfant, du Mariage forcé (“Le mariage forcé empêche notre évolution, en faisant de nous, des esclaves de foyer”), des Filles à l’école, de Nous sommes les mêmes ou encore en anglais de Woman Stand Up (“Stand up for your rights”). “Sur ces sujets de société qu’elles abordent de façon un peu frontale, un peu rustique, il n’y a pas meilleur ambassadeur que ces gamines”, estime le patron de Born Bad.

In Paris, par son titre, rappelle aussi qu’en son temps les militaires musiciennes des Amazones de Guinée, premier groupe d’Afrique entièrement féminin (qui a inspiré la naissance en 2015 des Amazones d’Afrique, collectif emmené par Oumou Sangaré et Mamani Keita), avaient gravé sur un 33 tours leur passage dans la capitale française avec Au cœur de Paris en 1983. Près de quatre décennies plus tard, le Star Feminine Band entend à son tour porter haut le flambeau de la cause des femmes africaines.

Star Feminine Band In Paris (Born Bad Records) 2022
Facebook / Twitter / Instagram


Continuer à lire sur le site France Info

%d blogueurs aiment cette page :