Publicités

Nausicaa devient le premier aquarium d’Europe et vise le million de visiteurs

Des raies manta, des raies-aigles ocellées et les requins-marteaux sont les vedettes de cette nouvelle extension – la quatrième depuis l’ouverture en 1991 à Boulogne-sur-Mer du Centre national de la mer – inaugurée ce vendredi, à la veille d’un week-end de festivités destinées à saluer l’événement.

Après deux ans de travaux, Nausicaa double sa surface d’exposition, qui atteint désormais 10.000 mètres carrés et quadruple le volume de ses bassins pour atteindre 17.000 mètres cubes au total avec quatre nouveaux aquariums, dont un de 10.000 mètres cubes (quatre piscines olympiques). Ce dernier est le plus grand d’Europe, le quatrième du monde derrière Macao (40.000 m3), Atlanta (23.000 m3) et Disney en Floride (26.000 m3).

Plongée dans l’océan

La nouvelle aile du bâtiment, qui, vue du ciel, évoque une raie manta, oeuvre de l’architecte océanographe Jacques Rougerie , propose au visiteur un voyage en haute mer. A l’intérieur, un Escalator, en traversant un mur écran qui représente une grosse vague, donne la sensation de descendre dans le monde secret des profondeurs. Après un premier aquarium de méduses apparaît le gigantesque bassin autour duquel le visiteur va tourner, découvrant les abysses, puis une faille sous-marine à travers une fenêtre de plus de 7 mètres de haut.

Il traverse ensuite un tunnel de 18 mètres de long, sous 2,50 mètres d’eau, pour arriver, après une grotte sous-marine, devant le clou de la visite : une baie de 100 mètres carrés, de 20 mètres de large et 5 de haut d’un seul tenant (54 tonnes). Cela sans poutre. Elle offre la vue la plus spectaculaire du bassin rempli de 20.000 à 25.000 poissons. Des bancs de sardines et de maquereaux y côtoient raies et requins-marteaux, arrivés depuis peu.

Locomotive économique

Ce grand bassin reconstitue l’écosystème de l’île de Malpelo, au large de la Colombie, « véritable oasis de vie », souligne Philippe Vallette, DG de Nausicaa. La visite est balisée de bornes interactives, réalisées par la société boulonnaise Neographic, qui fournissent toutes les explications.

Avec cette extension, Nausicaa compte passer de 600.000 à 1 million de visiteurs par an. « L’ambition est de faire de Nausicaa la locomotive économique du territoire en fixant ces visiteurs un peu plus longtemps qu’aujourd’hui », affirme Philippe Vallette. Premier équipement touristique le plus visité au nord de Paris après le Parc Astérix et douzième en France, le site espère aussi attirer un public plus lointain, avec très prochainement des offres attractives pour deux jours de visite consécutifs.

Extension supplémentaire

Près de 70 millions d’euros de retombées économiques sont attendus dès la première année, soit pratiquement l’équivalent des 70 millions d’euros d’investissement consentis par la Communauté d’agglomération du Boulonnais (33 millions), La région (28 millions) et le département (9 millions) pour ce qui n’est en fait que la première tranche de cette quatrième extension. L’effectif global du site est passé de 160 à 300 salariés, soit de 135 à 250 équivalents temps plein. La deuxième tranche, 5.500 mètres carrés sur le thème du «  changement climatique et les pôles  », comprenant notamment l’arrivée de morses, représente un investissement supplémentaire de 30 millions d’euros. Celui-ci est suspendu à 15 millions de financements européens. Son ouverture est prévue en 2021, au terme de deux ans de travaux.


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités

Laisser un commentaire

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :