Divorce : à qui appartenaient les boucles d’oreille ?

Madame, condamnée à les restituer sous astreinte à Monsieur, soutient qu’elle a perdu les bijoux ou qu’ils lui ont été volés, ce qui constitue une « cause étrangère » justifiant qu’elle ne s’exécute pas de son obligation.
%d blogueurs aiment cette page :