Publicités

Exclusif – Le nouveau Duster de Dacia fait un tabac

Carton plein. Lancé en Europe au début de l’année, le nouveau Duster de Dacia a trouvé son public. Le nouveau modèle du SUV, best-seller du groupe Renault depuis son lancement en 2010, s’est vendu à 25.614 unités sur les six premiers mois de 2018 dans l’Hexagone, en hausse de 27 % par rapport à la même période de l’année précédente.

Technologie avancée à prix réduit

Selon nos informations, en comptant l’ancien modèle (encore vendu dans certains pays), les chiffres provisoires de ventes du Duster dans le monde (sous la marque Dacia) atteignent 116.400 (dont 77.400 pour le nouveau modèle) sur les six premiers mois de l’année, représentant une croissance de près de 30 %. « Il occupe déjà le deuxième rang des ventes de SUV aux particuliers en Europe », se félicitait mi-juin Sylvain Coursimault, directeur marketing de la gamme « global access » de Renault, lors d’un déplacement pour la presse en Roumanie – où le Duster est fabriqué.

Un résultat d’autant plus remarquable que l’ancien modèle, même en fin de vie, se vendait encore bien l’an dernier. « Renault a réussi à faire de Dacia la seule marque proposant une technologie avancée à prix réduit : un positionnement qui reste sans concurrence », relève Xavier Caroën, analyste chez Bryan Garnier. Conçu selon les  recettes qui ont fait le succès de Dacia ( des véhicules dotés de « l’essentiel à moindre coût »), ce 4×4 urbain, au look de baroudeur, s’est vendu à plus d’un million d’unités sous la marque Dacia depuis son lancement. « Nous bénéficions de la vogue de l’achat malin, emblématique de ces consommateurs qui renoncent au’toujours plus’», explique Sylvain Coursimault.

Rentabilité élevée

Cette bonne performance était d’autant plus importante pour Renault que  ce nouveau Duster est le seul lancement d’envergure du groupe cette année : les remplaçantes des actuelles Renault Clio, Dacia Sandero et Dacia Logan ne sont pas attendues avant 2019, voire 2020. En outre, malgré son prix serré (moins de 12.000 euros pour l’entrée de gamme, soit le même prix que l’ancien modèle malgré des améliorations notables), le nouveau Duster devrait rester l’un des véhicules les plus rentables du groupe.

« Nous estimons sa marge comprise entre 10 et 15 % », indique Xavier Caroen. « Il n’est pas exclu qu’elle se trouve un peu sous pression avec le surcoût lié aux nouvelles contraintes environnementales. Mais globalement, le véhicule bénéficie d’un taux d’options assez élevé, d’une politique excluant les remises commerciales, et d’économies d’échelle liées aux volumes. »

Et ce, d’autant que le Duster est aussi vendu dans certains pays (Inde, Russie, Amérique du Sud…) sous la marque Renault : au total, il s’en est écoulé près de 144.000 sur les cinq premiers mois de 2018. En 2017, le Duster se plaçait sur la cinquième marche du podium des ventes du groupe (derrière les Sandero, Clio, Logan et Megane), avec 324.000 immatriculations.


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :