Publicités

Le reste à charge médian en maison de retraite s’élève à 1.850 euros

On ne s’étonnera pas que les Français aient peur de manquer pour leurs vieux jours . Le reste à charge d’un séjour en maison de retraite est supérieur ou égal à 1.850 euros par mois pour la moitié des pensionnaires, alors que la pension médiane n’est que de 1.500 euros, selon une étude publiée ce mardi par la direction de la recherche et des études (Drees) du ministère de la Santé. Résoudre cette équation financière difficile pour les personnes âgées et leur famille est d’ailleurs l’un des objectifs de  la concertation sur le grand âge et l’autonomie , qui court d’octobre à janvier et doit déboucher sur un projet de loi en 2019. De nouvelles sources de financement vont devoir être dégagées.

Il faut régler la note pendant 3 ans et quatre mois – la durée moyenne de l’hébergement en maison de retraite jusqu’au décès. Le reste à charge de 1.850 euros s’entend après allocations diverses et contribution des « obligés alimentaires » (les enfants). L’addition varie fortement selon le type d’établissement, de 2.420 euros en moyenne dans le privé lucratif à 1.730 euros dans les établissements publics non hospitaliers.  C’est le coût de l’hébergement qui pèse sur les familles , non celui des soins, bien remboursés lorsque l’on est fortement dépendant.

VIDEO. Quel est le coût de la perte d’autonomie ?

Ressources extraordinaires

Comment les personnes âgées font-elles ? Un sondage réalisé par la Drees montre que seulement 19 % d’entre elles disposent de revenus personnels suffisants pour faire face à ce besoin de financement, et que 11 % parviennent à couvrir leurs frais avec l’aide sociale à l’hébergement ou d’autres aides. Un tiers des hébergés sont donc abrités sans avoir dû mobiliser de ressources extraordinaires.

A l’inverse, une petite moitié (46 %) des personnes âgées en maison de retraite ont dû trouver l’argent ailleurs que dans les revenus du ménage ou de la solidarité nationale. Ainsi, 27 % ont puisé dans leur épargne, 11 % ont demandé une aide financière à leur entourage, 5 % ont vendu leur logement ou une autre partie de leur patrimoine. Un faible pourcentage se sont contentés de faire des économies.

Reste un mystérieux quart (24 %) des personnes interrogées dont on ne s’explique pas comment elles parviennent à boucler leur budget. « Dans certains cas, une participation financière de l’entourage peut avoir lieu sans que le résident en soit informé ; dans d’autres cas, celui-ci pourrait avoir sous-estimé les revenus déclarés dans l’enquête », avancent Xavier Besnard et Malika Zakri, les auteurs de l’étude.

Par ailleurs, dans une autre étude publiée simultanément, le ministère livre un instantané de la situation des pensionnaires des Ehpad. En 2015, ces maisons de retraite médicalisées sont au nombre de 7.400 et hébergent 585.500 personnes. Près de 150.000 résidents y ont trouvé la mort, soit un quart des décès de l’année en France. Les trois quarts des pensionnaires sont des femmes, non parce qu’elles y entrent plus nombreuses, mais car elles vivent plus longtemps. Elles s’éteignent en moyenne à 90 ans et 1 mois en maison de retraite, soit 3 ans et 4 mois de plus que les hommes.


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :