Publicités

Grève en vue chez Société Générale

La grogne sociale gagne le secteur bancaire. Après deux mouvements de grève cette semaine dans le réseau de  BNP Paribas et dans les métiers de financements spécialisés de Natixis, le réseau de Société Générale pourrait lui aussi se mobiliser pour signifier son mécontentement. Trois syndicats de la banque de la Défense appellent à la grève vendredi prochain, le 14 décembre. La CGT, la CFTC et la CFDT contestent la réduction d’avantages sociaux liés à l’ancienneté actuellement à l’étude chez Société Générale. La banque veut engager la baisse des avantages financiers liés à l’obtention de médailles du travail et au départ en retraite.

Négociations tendues

« Les salariés subissent de plein fouet  la transformation digitale  : des économies sont faites sur l’emploi mais nous n’avons pas encore tous les outils informatiques pour compenser. Dans ce contexte, on ne peut pas accepter qu’on supprime des avantages sociaux sans compensation », fait valoir Philippe Fournil, délégué national CGT du groupe.

Cette mobilisation intervient sur fond de négociations salariales annuelles (NAO) tendues : le groupe a opté pour une prime de supplément d’intéressement de 1.000 euros et une revalorisation de 1 % des plus bas salaires alors que les syndicats demandaient une augmentation générale pérenne des salaires. Dans ces conditions, les syndicats appelant à la grève ont d’ores et déjà indiqué qu’ils ne signeraient pas un tel accord. Quant au SNB-CFE-CGC- syndicat majoritaire qui représente un peu plus de 30 % des salariés de la Société Générale – il n’a pas encore arrêté sa position sur ce point précis. Par ailleurs, le SNB n’a lui pas appelé à la grève la semaine prochaine, indiquant qu’il s’agit là du choix de ses adhérents, qui ont été sondés sur le sujet.

Reprendre la main

Pour la CGT CFTC et CFDT, ce mouvement social vise aussi à reprendre la main dans un contexte où des mobilisations spontanées se manifestent sur le modèle des « gilets jaunes ». « A Montpellier, nous avons eu une mobilisation spontanée contre les conditions de travail. Mais ces mouvements n’ont pas de représentants et pas de revendications… », souligne Thierry Pierret délégué national CFDT à la Société Générale.


Continuer à lire sur le site d’origine

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :