Publicités

« Au Bangladesh, il existe un facteur de migration important et souvent négligé, celui de la saturation des villes »

Ce n’est plus la guerre ou la pauvreté que fuient les habitants de la capitale bangladaise, mais le cauchemar d’une mégapole incontrôlée, rapporte dans sa chronique le journaliste au « Monde » Julien Bouissou.
Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :