Publicités

« Dans le port de Los Angeles, y a des marins qui patientent »

Le plus grand embouteillage de la planète a des conséquences macroéconomiques considérables et met en lumière la dépendance des Etats-Unis à l’Asie, observe Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :