Publicités

Telecom Italia s’envole en Bourse, dopé par l’offre du fonds KKR. La spéculation tente-t-elle de profiter du plan de relance européen ?

Malgré des résultats publiés récemment dans le rouge au troisième trimestre, l’action de Telecom Italia (TIM) bondissait de plus de 25 % pour atteindre 0,44 euro, ce lundi, à l’ouverture de la Bourse de Milan. La raison ? L’action est galvanisée par l’intérêt manifesté par le fonds américain KKR pour racheter l’entreprise italienne.

Dimanche, Telecom Italia a justement convoqué un conseil d’administration extraordinaire pour en discuter selon une source proche du dossier, alors que Vivendi – principal actionnaire de TIM – dément avoir discuté avec des fonds.

Le fonds d’investissement américain KKR s’intéresse à l’ensemble du groupe de télécoms italien, a expliqué à l’AFP une source proche du dossier.

Profiter des fonds européens du plan de relance ?

KKR possède déjà 37,5 % de FiberCop, en joint venture avec TIM et le fournisseur d’accès internet italien Fastweb, qui installe la fibre optique à travers toute l’Italie. Et c’est peut-être là l’intérêt pour le fonds américain.

Effectivement, racheter l’entreprise à prix bas alors que les investissements dans la fibre et la 5G devraient être fortement soutenus par la Commission européenne – via le plan de relance qui compte beaucoup sur la numérisation – pourrait s’avérer stratégiquement judicieux.

Le fonds britannique CVC Capital Partners a été également cité par la presse italienne comme acheteur potentiel, une information non confirmée par notre source.

Interrogé par l’AFP à ce sujet, un porte-parole de Vivendi a déclaré : “Vivendi dément fortement avoir eu des discussions avec des fonds, et plus spécifiquement avec CVC”.

Vivendi “est un investisseur de long terme dans Telecom Italia et l’a été depuis le début” et le groupe “réitère son désir et son souhait de travailler avec les autorités italiennes et les institutions publiques pour le succès de TIM à long terme”, a ajouté le porte-parole de l’entreprise.

Bénéfice net… divisé par 3

Cette annonce intervient alors que l’opérateur italien a publié fin octobre un bénéfice net divisé par plus de trois, à 159 millions d’euros au troisième trimestre.

Le gouvernement italien pourrait avoir son mot à dire dans une potentielle acquisition en vertu du caractère stratégique de l’entreprise de télécoms.

-> Relire: 5G, une course effrénée pour dominer le monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :