Publicités

Cybersécurité : dix mauvaises habitudes à bannir

L’année dernière, avec le nouveau rythme de vie imposé par l’épidémie de coronavirus, les Belges ont passé davantage de temps en ligne, et le nombre de piratages ou attaques informatiques a bondi.

La cybersécurité est un élément important à surveiller alors que nous sommes de plus en plus souvent devant les écrans, et que les cybercriminels trouvent en permanence de nouveaux biais pour hacker.

Pour satisfaire cette bonne résolution pour 2022, il est possible de commencer par exclure de notre comportement dix mauvaises habitudes récurrentes.

D’abord, bien penser à effectuer les mises à jour de ses systèmes d’exploitation, navigateurs et autres logiciels. Laisser l’obsolescence des systèmes d’exploitation, navigateurs et logiciels s’installer crée en effet de la vulnérabilité face aux nouvelles cyberattaques.

Le choix de ses mots de passe est également primordial : le piège à éviter étant d’utiliser le même nom de code pour tous ses appareils et comptes. Les hackers se servent de logiciels essayant des variantes bateau et tentent d’utiliser des mots de passe piratés sur d’autres comptes. La solution est donc de se servir d’un gestionnaire de mots de passe et d’activer l’authentification à deux facteurs dès que cela est possible.

Se méfier des réseaux publics

De plus, éviter de se connecter à des réseaux publics peut permettre de se protéger d’éventuelles attaques. Ou bien, dans le cas d’une telle connexion, ne pas accéder à des comptes important (banque en ligne…).

Ne plus cliquer sans réfléchir est aussi un gage de protection, notamment contre les tentatives de phishing, qui utilisent souvent le caractère urgent d’un email pour vous faire cliquer sur un lien frauduleux.

Par ailleurs, il est fréquent de penser que tous les appareils mobiles sont sécurisés. Toutefois, de la même manière que les ordinateurs fixes, il peut être intéressant d’installer une protection supplémentaire anti maliciels sur les smartphones et tablettes.

Il est également conseillé d’arrêter de surfer sur des sites web non sécurisés. Pour cela, toujours bien vérifier dans la barre d’adresse que le nom du site est précédé de “https://”, notamment pour un site qui requiert vos coordonnées bancaires.

Enfin, utiliser ses coordonnées professionnelles dans le cadre d’opérations personnelles (et inversement), répondre à des questions d’ordre financier au téléphone (risque de phishing vocal ou vishing), oublier de sauvegarder régulièrement ses données ou ne pas suffisammentprotéger les appareils connectés de la maison sont autant de mauvaises habitudes à bannir.

Publicités
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :